Pollyanna (Disney+) : du roman au film, tout sur l'héroïne à la joie de vivre communicative

·1 min de lecture

En évoquant le nom de Pollyanna, certains se souviendront de la série animée, diffusée à la télévision à la fin des années 1980, dans Youpi ! L'école est finie sur La Cinq. Et son générique entêtant : "Pollyanna, quelle famille ! Vivre ensemble c'est plutôt facile..." D'autres se remémoreront une lecture de jeunesse, celle du roman éponyme de 1913 par l'écrivaine américaine Eleanor H. Porter, publié en France en 1929. Et dont est tiré le long-métrage Disney, sorti en 1960, et disponible sur la plateforme aux grandes oreilles.

Le roman, puis le film réalisé par David Swift (une précédente adaptation avait été réalisée par Mary Pickford, en 1920, ndlr), conte l'histoire de Pollyanna, une petite orpheline pleine de vie, qui embellit la vie de celles et ceux qu'elle rencontre. Sa force ? Voir toujours le bon côté des choses. Un optimisme à toute épreuve, qui n'est pas du goût de sa tante Polly Harrington, une notable autoritaire, qui l'a recueillie. Jusqu'au jour où, croyant perdre la fillette, elle prend conscience de l'importance de l'amour et de la joie de vivre. S'il ne trouvera pas le public escompté à sa sortie ( 3,75 millions de dollars de recettes, contre 6 millions espérés), ce récit initiatique de plus de deux heures sera néanmoins salué par la critique de l'époque. Et donnera même lieu à une tendance, baptisé "le principe de Pollyanna (ou la vie en rose)", qui consiste à se focaliser uniquement sur les choses positives et agréables et oublier le négatif.

Grâce à sa performance (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Tom Felton (Harry Potter) émeut la toile en posant avec sa maman avec un message trop chou
Cinéma : le bilan de la fréquentation des salles en 2020 est tombé, et il est catastrophique !
"J'attends qu'ils me contactent" : François Berléand s'est porté volontaire au vaccin Covid-19
Frank Capra, il était une fois l'Amérique (Arte) : pourquoi il faut voir ce documentaire sur ce grand metteur en scène
Selfie (Canal +) : trois raisons de regarder cet étonnant film à sketchs sur un phénomène de société