La pollution de l'air pourraient favoriser le cancer du sein

·1 min de lecture

Des chercheurs du département Prévention Cancer et Environnement de l'Institut Léon Berard à Lyon ont étudié la pollution de l'air pour savoir si elle pouvait jouer un rôle dans le développement de cancers du sein. Le benzo(a)pyrène (BaP), un perturbateur endocrinien, est notamment au coeur de l'étude, menée dans le cadre de la cohorte française E3N.

Le benzo(a)pyrène (BaP) est présent dans l'atmosphère, notamment à cause de combustions mal maîtrisées : végétaux brûlés à l'air libre, gaz d'échappements automobiles, mais aussi dans la fumée de cigarette. En s'intéressant de plus près à sa présence dans l'air, sur le long terme, et à 5 200 cas de cancers du sein (versus 5 200 cas témoins), chez des femmes dont le mode de vie a été étudié entre 1990 et 2011 via des questionnaires réguliers proposés par la Mutuelle générale de l'éducation nationale (MGEN), les chercheurs se sont aperçus qu'un lien significatif pouvait être établi.

Augmentation des risques de cancer du sein du 20%

Sur le total de 10 400 femmes, après avoir regardé leur consommation de tabac, d'alcool, leurs habitudes vie et leur adresse, les scientifiques ont établi un niveau d'exposition au BaP sur les 20 années de données. Le résultat est sans appel : "Chez les femmes ayant subi une transition ménopausique (c'est-à-dire les femmes pré ménopausées lors de l'inclusion dans la cohorte, et post ménopausées au moment du diagnostic du cancer du sein), l'exposition au (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Addictions : une étude découvre un marqueur prédictif dans le cerveau
Covid-19 : les orteils bleus, signe d'une forte immunité
DIRECT. Covid-19 en France ce 8 avril : chiffres, annonces
Débat sur la fin de vie : que pourrait changer la proposition de loi ?
Covid-19 : le retour à la vie “normale”, c’est pour quand ?