Les polluants atmosphériques responsables de 1 700 cancers du sein par an

·1 min de lecture

Des chercheurs de l'Inserm, de l'Université Grenoble Alpes et du CNRS ont repris toutes les études disponibles sur la question pour parvenir à faire un lien clair entre pollution de l'air et cancers du sein, cancer le plus fréquent en Europe, comme le souligne l'Inserm.

Ils se sont intéressés à trois polluants et ont pu fournir une estimation du nombre de cas engendrés par l'exposition à ces produits chimiques. Le plus néfaste serait d'abord le dioxyde d'azote, que l'on retrouve dans les moteurs thermiques des véhicules ou encore dans le chauffage des villes. "L’effet estimé du dioxyde d’azote était plus élevé pour les cancers du sein hormono-dépendants (dont les tumeurs expriment des récepteurs de l’œstrogène et de la progestérone), bien que toutes les études n’aient pas pu considérer ce critère. Les chercheurs estiment qu’environ 1 700 cas de cancer du sein, soit environ 3 % des cas survenant annuellement en France pourraient être attribués à cette exposition et aux autres polluants associés au dioxyde d’azote", notent les chercheurs. Pour arriver à cette conclusion, ils expliquent avoir analysé 36 études totalisant plus de 120 000 cas sur 3,9 millions de sujets.

Viennent ensuite, les particules fines PM10 et le PM2.5 (particules en suspensions avec un diamètre inférieur à 10 ou 2.5 microns). Le niveau de preuve était moins élevé contre ces produits précisent-ils, mais les scientifiques soulignent leur effet néfaste.

Augmentation

(...)

Lire la suite sur Topsante.com

Comment la crise sanitaire a impacté notre consommation de médicaments ?
DIRECT Covid-19 en France ce 31 mai : chiffres, annonces
Coup de soleil : que faire ?
Annelise Hesme (Nina) : "dans la vraie vie, les infirmières ont à peine le temps de prendre soin d'elles"
Mélanome : "Observez votre peau et ne vous en remettez pas uniquement aux professionnels"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles