Pollution de l'air en Inde: l'échec des politiques de prévention des feux agricoles

© AFP - MONEY SHARMA

La pollution saisonnière qui frappe l'Inde est aggravée par les feux agricoles lancés pour brûler la chaume. Un constat d’échec pour les autorités qui essaient depuis des années de réduire le recours à ces feux par les paysans.

Avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis

Un nuage de particules grises est descendu sur New Delhi et sa région depuis mercredi, faisant exploser la concentration en particules fines, avec des taux 25 fois supérieurs aux maximums recommandés par l’OMS. Cette pollution est composée de ses ingrédients saisonniers toxiques : les rejets des millions de véhicules et des industries, qui se dispersent moins vite à l’automne et surtout, l’élément le plus visible et âcre, les fumées des feux agricoles du Pendjab voisin.

Dans cette région du nord, grenier à riz de l’Inde, les paysans brûlent le chaume issu de la récolte estivale, dans le but de pouvoir rapidement planter les semis de l’hiver. Cela fait des années que les différents gouvernements essaient de faire changer cette pratique, en fournissant des machines qui récoltent cette paille, mais cela n’a que très peu d’impact pour l’instant. Car l’incendie des champs demeure la technique la moins chère et la plus rapide pour les paysans modestes.

Cela représente ainsi un échec pour le jeune parti de l’Aam Admi, qui dirige pour la première fois les régions de Delhi et du Pendjab, et qui a donc l’essentiel des clés pour réduire cette pollution agricole.


Lire la suite sur RFI