La pollution de l'air fragilise les os

Céline Deluzarche, Journaliste
1 / 2

La pollution de l'air fragilise les os

Les effets de la pollution de l’air sur la santé sont déjà largement documentés. Plusieurs études ont ainsi montré que les particules fines augmentent les crises d’asthme, les risques d’accidents cardiovasculaires ou de cancer du poumon. La mauvaise qualité de l’air serait ainsi responsable de près de 800.000 morts par an en Europe et 8,8 millions dans le monde. L’Institut de Barcelone pour la santé mondiale (ISGlobal) vient de mettre en évidence un nouvel effet néfaste des particules fines sur la densité osseuse. Les chercheurs, dont les travaux ont été publiés dans la revue spécialisée Jama Network Open, ont suivi 3.700 personnes âgées de 35 ans en moyenne entre 2009 et 2012 dans la région de Hyderabad, dans le sud de l’Inde, et estimé leur exposition aux particules fines PM2,5 (inférieures à 2,5 micromètres) et le noir de carbone.

Les participants ont ensuite passé une ostéodensitométrie au niveau de la colonne lombaire et de la hanche gauche. Résultat : pour chaque augmentation de trois microgrammes de PM2,5 par mètre cube (µg/m3), la densité osseuse diminue de 0,57 gramme dans la colonne lombaire et de 0,13 gramme dans la hanche. Selon les auteurs, la déminéralisation pourrait être liée au stress oxydatif et à l’inflammation induits par l’inhalation de particules fines, mais aussi à la diminution d’hormone parathyroïdienne (PTH), qui régule la production de calcium. La pollution pourrait également agir comme filtre aux rayons UV, amoindrissant la synthèse de vitamine D.


> Lire la suite sur Futura