Voici comment la pollution impacte l'apparition du cancer du poumon, même chez les non-fumeurs

La pollution aux particules fines agit comme un "tueur caché", favorisant l’apparition de cancers du poumon même chez des non-fumeurs. En Europe, elle serait même responsable de 9% des cas de cancers du poumon. Si ce lien entre cancer du poumon et exposition aux particules fines PM2.5 – issues des gaz d’échappement ou des incinérateurs de déchets – est établi de longue date, c’est le mécanisme par lequel ce phénomène se produit qui a été éclairci ce 10 septembre 2022, lors du congrès annuel de la Société européenne d'oncologie médicale, qui se tient à Paris.

"Nous ne savions pas vraiment si cette pollution causait directement le cancer du poumon, ni comment", a expliqué le Pr Swanton, responsable de l’étude. Après avoir exploré les données de plus de 460 000 personnes habitant en Angleterre, en Corée du Sud et à Taiwan, les chercheurs de l’institut Francis-Crick et de l’University College de Londres ont découvert que l’exposition aux particules fines était liée à une augmentation du risque de cancer. Chez des souris, ils ont ensuite constaté que cette exposition engendrait la mutation de deux gènes, EGFR et Kras, sur lesquels se développent le cancer du poumon.

Presidential Symposium data at #ESMO22 show air pollution drive interleukin-1β release in cells with EGFR mutations to promote #LungCancer development in non-smokers
https://t.co/KUOT5qmMj3#LCSM @TonyMok9 @CharlesSwanton pic.twitter.com/wZy3oIvOu9

— ESMO - Eur. Oncology (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Variant centaure du Covid (BA.2.75) : circule-t-il en France ?
CHIFFRES COVID FRANCE. Ce lundi 12 septembre 2022 : cas, les infos du jour en direct
Pour être moins stressé au travail, une seule pause le midi ne suffit pas
Polio : l'état d’urgence déclenché aux États-Unis, qu’est-ce que ça veut dire ?
Errance thérapeutique : comment faire pour trouver le bon traitement ?