Pollution des grandes villes : pourquoi le gouvernement veut miser sur le vélo-cargo

·1 min de lecture

Au terme de semaines de débats passionnés, l'Assemblée nationale doit adopter ce mardi le projet de loi climat, vanté par la majorité comme un "marqueur du quinquennat" mais décrié par les écologistes pour ses "insuffisances" face à "l'urgence climatique". Un des objectifs du texte est notamment de créer des zones de faibles émissions dans les villes de plus de 150.000 habitants. Pour ça, les vélo-cargos pourraient s'imposer comme alternative aux véhicules les plus polluants. La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, souhaite en effet les inclure dans le champ d'application de la prime à la conversion

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

En finir avec les vieilles camionnettes diesel

Il s'agit en effet d'éviter le recours à la bonne vieille camionnette diesel pour transporter des marchandises ou assurer des livraisons. Pour ça la première des incitations sera de financer chaque colis livré jusqu'à 2 euros. L'idée est aussi de pousser les artisans à en acheter, car ces vélos restent chers, soit environ 4.000 euros l'unité.

Et pour réduire l'investissement, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, veut justement développer un plan pour les inclure dans la liste des véhicules bénéficiaires de la prime à la conversion. "Lorsqu'un particulier ou une entreprise se sépare d'un vieux véhicule thermique, ils pourront être aidés pour l'achat d'un vélo électrique ou d'un vélo-cargo", explique-t-elle.

>> LIRE AUSSI - Stati...


Lire la suite sur Europe1