La pollution ferait 2.500 morts par an à Paris, une "crise relativement silencieuse"

·2 min de lecture

Selon une étude de la revue scientifique "The Lancet planetary health", Paris serait la quatrième ville, sur un millier, où la pollution de l'air tuerait le plus en Europe, derrière Madrid, Anvers et Turin. Une mortalité essentiellement imputable aux rejets automobiles.

La revue scientifique The Lancet planetary health a publié une étude sur la pollution. A l’échelle mondiale, 50.000 morts pourraient être évitées si les limitations de la pollution de l’air recommandées par l’OMS étaient respectées. Surtout, Paris se classe quatrième parmi les villes où la pollution est la plus meurtrière.

>> A LIRE AUSSI - Le reconfinement a un impact plus limité sur la qualité de l’air

"Paris c’est la capitale du diesel, malheureusement c’est logique qu’on y retrouve une grosse mortalité, liée à cette pollution", estime Olivier Blond, président de l’association "Respire". En effet, le dioxyde de soufre serait le gaz toxique tuant le plus à Paris. Emis par le trafic automobile et en particulier par les véhicules diesel, il serait responsable, selon l'étude, de 2.575 décès évitables chaque année. "C’est gigantesque", s’exclame Olivier Blond. "Cela donne une idée de l’importance de la crise face à laquelle on est aujourd’hui, une crise relativement silencieuse."

Des mesures pour interdire le diesel à Paris ?

Pour l'instant, les engagements les plus ambitieux pris par la maire de Paris, Anne Hidalgo, sont l'interdiction du diesel d'ici à 2024 et des véhicules à essence d'ici 2030. Reste désormais à les rendre effectives.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Les chercheurs ont mesuré un autre polluant : les particules ultrafines, les PM2.5, émises notamment par les feux de cheminée, les rejets agricoles industriels. La situatio...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu pourrait également vous intéresser :