Pollution due aux poussières de sable du Sahara : "On a eu un épisode un peu plus intense que d'habitude"

franceinfo
François Dulac, chercheur au laboratoire des sciences du climat et de l'environnement revient sur franceinfo sur l'"effet Sahara", qui donne une couleur jaunâtre au ciel et entraîne des pics de pollution aux particules.

Un ciel voilé, gris, jaunâtre, alors qu'il fait beau et qu'il n'y a aucun nuage à l'horizon ? C'est ce qu'on appelle l'"effet Sahara", ce sont des poussières de sable venues du désert et qui entraînent des pics de pollution aux particules. Des alertes à la pollution sont d'ailleurs en cours mardi 23 avril dans certains départements des Hauts-de-France et de Bretagne, tandis que le sud de la France reste en vigilance. "On a eu un épisode un peu plus intense que d'habitude", estime mardi sur franceinfo François Dulac, chercheur au laboratoire des sciences du climat et de l'environnement.

franceinfo : Comment se déclenche cet effet Sahara ?

François Dulac : C'est un phénomène bien connu lorsque la saison chaude recommence, car on a des phénomènes qui se créent sur l'Afrique avec le réchauffement des sols. Cela crée des dépressions et donc des vents forts, qui mettent des grains de sable en suspension, comme sur la plage. Ils vont percuter les sols, pulvériser les argiles, qui sont des particules. Cette pulvérisation par le sable en suspension va mettre des grandes quantités en suspension dans le sol, quelques centaines de milliers de tonnes. On a eu un phénomène un peu plus intense que d'habitude. Ce n'est pas un phénomène de circulation normal, on a plutôt en France une circulation d'ouest, en revanche on a régulièrement des dépressions qui créent un flux de sud. Quand on a des épisodes de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi