Pollution : le danger des porte-conteneurs perdus dans les océans

Les porte-conteneurs perdus en mer sont nommés "OFNI" pour "objets flottants non identifiés", rapporte le journaliste Jean Chamoulaud sur le plateau du 23h. Ce phénomène a pris de l'ampleur, on recense pas moins de sept accidents sur les eaux en moins de trois mois, soit 3 100 conteneurs perdus en majorité dans le Pacifique nord, la voie la plus empruntée entre les États-Unis et la Chine. Le One est un porte-conteneur aussi grand que le Tour Eiffel. Selon son armateur 1 816 conteneurs sont passés par-dessus bord sur 14 000 présents au départ. Parmi eux, 64 contiennent des matières toxiques et/ou explosives et sont perdus au large. Seulement à 3 à 5% des porte-conteneurs perdus sont récupérés, entraînant des risques pour la navigation et des problèmes de pollution sur les côtes et fonds marins. De multiples sources de pollution Depuis quelques années, les associations souhaiteraient mettre des balises sur les porte-conteneurs, "nous arrivons à penser que les armateurs ne veulent pas de ce système qui montrerait le gaspillage qu'il y a en mer et ça révélerait le véritable nombre de conteneurs en mer", explique Jacky Bonnemains, porte-parole de l'ONG Robin des Bois. Ce dernier rappelle que le danger de la pollution provient aussi des incendies qui se déclenchent sur les porte-conteneurs et libèrent du lubrizol en mer ou encore des bateaux qui se cassent et dont les conteneurs s'échappent en mer.