Des "polluants éternels" détectés dans les eaux naturelles de 93 départements français

Délétères pour la santé humaine, ils sont également peu dégradables dans l’environnement. À tel point qu'on les appelle les “polluants éternels”. Les per- et polyfluoroalkyles, ou PFAS, est une famille de substances chimiques créées par l'humain regroupant plus de 4 700 molécules. Régulièrement, des contrôles mettent en garde de la présence de ces éléments dans les eaux de surface (rivières, lacs...). En décembre dernier, aux Etats-Unis, une étude a alerté sur la consommation des poissons d'eau douce dont la truite bourrés en PFAS. Ce mois-ci, c'est l'ONG Générations Futures qui fait un constat alarmant : ces polluants chimiques sont bien plus présents en France qu'on ne le pense.

L'association a mené une grande enquête. "Nous avons d’abord voulu connaître pour chaque département, le pourcentage d’échantillons prélevés dans les eaux de surface pour lesquels une recherche de PFAS a été réalisée et contenant au moins un composé PFAS en quantité suffisante pour être mesuré", indique un communiqué publié le 12 janvier. "Cette approche nous donnera une idée du niveau de contamination des eaux de surface de chaque département par les PFAS et permettra en outre une comparaison entre les différents départements." Dans l'Hexagone et les territoires d'Outre-Mer, des analyses de PFAS ont été effectuées dans près de 13 000 échantillons d’eau prélevés en 2020.

Premier constat : au vu des analyses, il y a une forte disparité entre les départements. Les eaux de surface de certaines zones peuvent (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Faut-il couper les fleurs fanées sur une plante ?
Antarctique : un iceberg grand comme quinze fois Paris s’est détaché de la banquise
Néonicotinoïdes : la France interdit définitivement ces insecticides dangereux pour les abeilles
Les centrales nucléaires polluent-elles ?
Quels sont les risques d'une centrale nucléaire ?