Allergie : les pollens de chêne montent en puissance

·1 min de lecture

Les pollens de bouleau sont toujours là

Comme le souligne le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) dans son bulletin du 16 avril : "Les pollens de bouleau restent la principale gêne des allergiques avec un risque de niveau moyen à localement élevé". Leur floraison avait démarré le 1er avril dans les régions centrales et le lundi 5 avril dans le Nord et l'Est de la France.

Les pollens de chêne montent à leur tour en puissance sur tout le pays avec un risque d'allergie de niveau moyen. Les pollens de charme et de frêne sont aussi très présents avec un risque d’allergie de niveau faible moyen.

© 2021 - RNSA

Les pollens de bouleau ont un potentiel allergisant très élevé provoquant chez les allergiques de nombreux symptômes oculaires, nasaux, et même respiratoires. Les allergiques doivent anticiper la prise des traitements car avec le retour de températures plus printanières, les concentrations de pollens de bouleau dans l’air vont vite augmenter et les risques d’allergie aussi.

  • Les pollens de platane sont en progression sur toute la France. Les micro-aiguilles contenues dans leurs bourres sont très irritantes et peuvent irriter la gorge et vous faire tousser.

  • Les pollens de frêne sont également très présents avec un risque allergique élevé.

  • Les pollens de chêne gagnent petit à petit du terrain sur toute la France avec un risque moyen à localement élevé.

  • Les pollens de cyprès sont présents dans le Sud du pays avec un risque

Lire la suite sur Topsante.com

Covid-19 : qu'est-ce que l'oxygénothérapie à domicile ?
DIRECT Covid-19 en France ce 16 avril : chiffres, annonces
Mal de gorge : causes, traitements
10 conseils pour soulager un mal de gorge
Covid-19 : on n'ouvre pas assez les fenêtres