Des politiques qui tissent des liens outre-Rhin

A gauche comme à droite, chaque parti compte une poignée de germanophiles, promoteurs pas toujours écoutés de la relation franco-allemande. «Libération» vous en présente quelques uns.

Ils ne sont pas si nombreux, les germanophones et germanophiles dans les partis français. Et ils ne sont pas toujours entendus dans leur propre camp quand ils tentent de parler des relations entre la France et l'Allemagne. Du PS à l'UMP en passant par les écologistes et la gauche de la gauche, présentation de quelques-uns de ces militants de la relation «franco-allemands».

 

«Voir plus loin que la seule commémoration»
Matthias Fekl député (PS) du Lot-et-Garonne

C’est un de ces nouveaux députés socialistes touche-à-tout dont l'étiquette «franco-allemande» en ces temps de «modèle allemand» pourrait bien l’aider dans son début de carrière. Matthias Fekl, 35 ans (photo DR), est né a Francfort, d’un père allemand et d’une mère française, tous les deux profs. Il a grandi à Berlin, un peu d'école allemande, beaucoup de lycée français avant de rentrer en France faire Normale, Sciences-Po puis l’ENA. Mais, avec tout ça, ce nouveau député élu en juin dans la 2e circonscription du Lot-et-Garonne, à Marmande, jure ne pas être «particulièrement sollicité sur les questions franco-allemandes au sein du PS». Chez les socialistes, ce proche du ministre de l’Economie, Pierre Moscovici, s’occupe surtout de «réforme de l’Etat et de décentralisation» et travaille au sein de la commission des lois de l’Assemblée. Sauf qu’avec une trajectoire pareille on reste forcément dans le franco-allemand. Membre du groupe d’amitié France-Allemagne, cet ancien conseiller de l’actuel président du Sénat, Jean-Pierre Bel, plaide pour que ce 50e anniversaire du traité de l’Elysee «aille au-delà de la célébration, voire plus loin que la seule commémoration du passé». «On doit lancer des projets, des initiatives, au niveau économique ou énergétique, pourquoi pas un service civique européen, avec la France et (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Berlin et Paris à partis liés
Dominique Bertinotti, ministre «des» familles
Le Front de gauche et Die Linke font contre-célébration commune
Fillon «bien décidé à faire partager ses convictions pour la France»
Le FN a eu une «hésitation» sur le mariage pour tous, reconnaît Marion Maréchal-Le Pen

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.