Les politiques français face au fantasme d'une «Europe forteresse»

·2 min de lecture

D'où ça sort? La crise migratoire à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne a envahi le débat politique français.

La vie politique française, ces jours-ci, prend des airs de la campagne présidentielle américaine de 2016. A l'époque, le candidat républicain Donald Trump avait fait de la construction d'un mur anti-immigrés l'une des promesses centrales de son discours, reprise en chœur dans ses meetings aux cris de «build the wall», «construisez le mur». Cinq ans plus tard, c'est la construction d'un mur en Pologne qui agite la pré-campagne présidentielle française. Le gouvernement polonais va bâtir, à partir de décembre, un mur sur sa frontière avec la Biélorussie, actuellement le théâtre d'une crise migratoire que les Européens disent orchestrée par le dictateur biélorusse Alexandre Loukachenko. Des milliers de migrants sont massés le long de la frontière, dans des conditions très dangereuses à l'approche de l'hiver et Varsovie n'a aucune intention de les accueillir. Pour 353 millions d'euros, 180 km de cette barrière vont être érigés par des ouvriers qui se relaieront 24 heures sur 24. Le chantier devrait être achevé au premier semestre 2022.

La Commission européenne ne veut pas contribuer à l'érection de cet édifice. «Il y a une position commune de longue date de la Commission et du Parlement européen (sur le fait) qu'il n'y aura pas de financement de barbelés et de murs», avait déclaré la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, mi-octobre. Mais l'UE est divisée : le président du Conseil européen, Charles Michel, a estimé la semaine dernière «juridiquement possible» de financer de telles «infrastructures». Comme si l'idée d'une «Europe forteresse», autrefois brandie par certaines extrêmes droites, avait fait son chemin jusqu'aux sommets de la gouvernance européenne.

En France, Eric Zemmour ou Marion Maréchal(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles