Politique : le vote par correspondance, bientôt en France ?

À l’Assemblée nationale mardi 10 novembre, le député Modem des Yvelines Jean-Noël Barrot a souhaité s’exprimer sur le sujet : "Pourrons-nous compter sur vous pour ouvrir sans délai le chantier du vote à distance?". Par ailleurs, le rapport sur le sujet de Jean-Louis Debré, ancien président du conseil constitutionnel, est attendu vendredi 13 novembre. De nombreux élus locaux, comme le président de la région PACA, souhaitent également la mise en place du vote à distance. Plusieurs freins Dans la classe politique, les avis divergent. En 1975, le vote à distance avait été supprimé suite à plusieurs cas de fraude électorale, certains craignent de la voir réapparaître. Jean-Philippe Derosier, constitutionnaliste et professeur de droit public, avance un autre problème : "Imaginons que le vote par correspondance fut possible en 2017, […] peut-être dès le 15 janvier. L’électeur qui vote le 16 janvier n’aurait pas forcement voté de la même façon que s’il avait voté le lendemain des revélations de l’affaire Fillon". Affaire à suivre, donc.