Politique. Le séjour en France de l’ex-président argentin fait polémique

Página 12 (Buenos Aires)
·2 min de lecture

Sur la route de Zurich et du siège de la Fifa – il a pris la tête de la Fondation Fifa en janvier –, Mauricio Macri fait étape à Paris malgré la crise sanitaire. “Paris vaut bien une fronde”, ironisait le quotidien Página 12, le 3 août, en une, évoquant “une visite en état de disgrâce”.

Le lundi 3 août sur l’esplanade du Trocadéro à Paris, “environ 300 personnes étaient réunies pour dénoncer le voyage de Mauricio Macri à Paris”, relate Página 12 sur son site. “Une manifestation convoquée par l’Assemblée des citoyens argentins en France (Acaf), qui l’a déclaré ‘persona non grata’”. Parmi les orateurs, “un représentant de la France insoumise, le parti de Jean-Luc Mélenchon, et du Parti communiste”, précise le quotidien de gauche.

Alors que l’Argentine a conclu le jeudi 4 août un accord de dernière minute avec ses créanciers pour la restructuration de 66 milliards de dollars de dette, le voyage en Europe de l’ex-président de centre droit passe mal. Accusé d’avoir laissé une économie argentine exsangue au sortir de son mandat (2015-2019), battu au premier tour de l’élection présidentielle par le péroniste Alberto Fernández, Mauricio Macri est aussi visé par plusieurs enquêtes judiciaires.

Frictions

Arrivé le 31 juillet à Paris muni d’un test négatif au Covid-19, l’ex-président “restera sur le territoire français quatorze jours afin d’effectuer la quatorzaine qu’impose la Suisse [où

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :