"Une politique de la gribouille" : Emmanuel Macron fustigé par Jean-Louis Debré

·1 min de lecture

Si la vaccination avance (plus de 11 millions de personnes ont reçu une dose de vaccin), l’épidémie de coronavirus est loin d’être terminée. La France devrait franchir dans les prochains jours les 100 000 morts, un cap qui effraie Emmanuel Macron. Le chef de l’État, qui préparerait un discours à ce sujet selon RTL, n’est pas épargné par les critiques. Jean-Louis Debré, qui n’a pas l’habitude d’avoir sa langue dans sa poche, l’a accusé d’appliquer « une politique de la gribouille ».

L’ex-président du Conseil constitutionnel a réagi sur BFMTV ce mardi 13 avril au report d’une semaine des élections départementales et régionales. Elles auront lieu finalement les dimanches 20 et 27 juin. Pourtant, les élus et candidats concernés avaient trouvé un consensus pour les maintenir début juin. Pour Jean-Louis Debré, cela reflète la « capacité du gouvernement actuel de créer des problèmes là où il n’y en a pas ». Il a à son tour comparé la situation de la France à celle de ses voisins européens qui n’ont pas, pour la plupart, touché à leur calendrier électoral : « Faisons comme tous les pays européens, assumons nos élections, on ne confine pas la démocratie ! »

Jean-Louis Debré, qui avait déjà reproché à l’exécutif fin mars de « tatillonner », a fustigé Emmanuel Macron et ses ministres mais surtout leur tendance à faire des déclarations, selon lui, contradictoires. « Vous ne pouvez pas d’un côté annoncer qu’à la mi-mai on va rouvrir les restaurants, les bars, les commerces, les musées… et dire (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Brigitte Macron et Pierre-Jean Chalençon : cette disparition qui les a rapprochés
Ségolène Royal repasse à l'attaque : "L'image de la France s'est dégradée"
L'ancien avocat de Bernard Tapie condamné pour fraude fiscale
Brigitte Macron intime : ses secrets les mieux gardés
Photos dénudées de Melania Trump : retour sur un scandale... orchestré par Donald Trump ?