Politique française: la gauche face au défi de l'union

·1 min de lecture

L'écologiste Yannick Jadot avait lancé, fin mars 2021, un appel pour organiser une réunion de l'ensemble des responsables de la gauche pour essayer de construire le rassemblement en vue de 2022. Son invitation a été acceptée et la réunion aura lieu le 17 avril, mais cela ne veut pas dire que l'union est en marche.

Une vingtaine de responsables de la gauche ont répondu présent parmi lesquels Anne Hidalgo, Olivier Faure, Fabien Roussel, Julien Bayou. De quoi crédibiliser l'initiative de Yannick Jadot, mais Jean-Luc Mélenchon - lui - a fait part de sa méfiance en déclarant : « C'est un numéro de claquettes pour dire plus unitaire que moi tu meurs ». Pas question pour l'insoumis qui pourrait être représenté par son lieutenant, Adrien Quatennens, d'être « instrumentalisé ».

Car l'objectif affiché de cette réunion, c'est de tenter de poser les bases d'un rassemblement pour l'élection de 2022 à laquelle Jean-Luc Mélenchon est déjà candidat. Et Yannick Jadot prépositionné pour l'être ; quand Anne Hidalgo semble y réfléchir. Difficile, dans ces conditions de ne pas appréhender cette initiative en fonction des stratégies des uns et des autres.

Reste que la multiplication des candidatures en 2022, c'est le danger principal pour la gauche qui a montré encore récemment à quel point elle était divisée par exemple, sur le sujet des réunions non mixtes organisées par le syndicat étudiant Unef. Montrer que les gauches sont « réconciliables » reste un défi. Les rassembler pose la question de savoir derrière qui ?

À lire aussi : France: maintien ou report des élections régionales, l’exécutif doit trancher