Policiers visés par des tags : "La récurrence est inquiétante", s'alarme un syndicaliste

·1 min de lecture

Dans l'Essonne, des policiers ont été visés par des tags qui les citent nommément, eux et leur famille, les murs d’un immeuble du quartier de l’Oly, à Vigneux-sur-Seine. Une enquête a été ouverte par le parquet d'Evry, tandis que des plaintes vont être déposées prochainement par les policiers visés, pour menace sur personne dépositaire de l'autorité publique. Des faits qui n'étonnent pas Grégory Joron, secrétaire général du syndicat SGP-Police, invité d'Europe 1 mercredi soir. Le syndicaliste regrette l'aggravation d'une chasse aux policiers qui ne fait, selon lui, que progresser.

>> LIRE AUSSI - "Des descriptions précises" de leur famille : en Essonne, des policiers visés par des tags

"On n'arrive pas à s'habituer"

"Je suis choqué, mais malheureusement habitué. Je rappelle que dans le week-end, à Vendôme, dans le Loir-et-Cher, il y a eu le même genre de tags, avec intimidations et menaces. On s'en prend aussi à la famille", a-t-il expliqué. "C'est tellement récurrent. On le dénonce tellement. C'est la haine anti-flics qui se répand de plus en plus. On n'arrive pas à s'habituer à ce genre de choses."

Pour Grégory Joron, les policiers ont déjà redoublé de vigilance : "Tous les policiers sont très prudents et demandent à leur enfants de ne pas désigner la profession du père ou de la mère si elle est policière. Beaucoup font trois tours de ronds-points pour faire attention de ne pas être suivis. C'est la récurrence qui est inquiétante, puisque c'est devenu aujourd'hui la m...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles