Des policiers de l'Idaho menacés après l'interpellation de militants d'extrême droite

Kootenai County Sheriff's Office / Handout / Reuters

Pour se venger de l'arrestation de leurs camarades, des membres d'une faction d'extrême droite ont diffusé les adresses personnelles de policiers dans l'Idaho.

Les arrestations ont provoqué la colère... jusqu'en Norvège. La police de Coeur d'Alene a reçu lundi près de 150 appels au poste, pour moitié des citoyens les félicitant de l'interpellation, samedi, de 31 membres d'un groupe d'extrême droite soupçonné d'avoir voulu déclencher une émeute violente durant une marche des fiertés organisée dans cette ville de l'Idaho. Mais l'autre moitié des conversations était plus virulente, selon ce qu'a raconté le chef de la police Lee White, cité par l'«Idaho Statesman » : «Les 50 autres pourcent, complètement anonymes, ne voulaient rien d'autre que hurler, nous crier dessus et nous dire quelques politesses, des menaces de mort contre moi ou tout membre des forces de l'ordre alors que nous n'avons fait que notre job», a-t-il déclaré. Ces coups de fil menaçants provenaient de tout le pays, et un venait même de... Norvège, a-t-il précisé.

Mais le policier a assumé son intervention, permise grâce à l'alerte donnée par un citoyen inquiet de voir cette trentaine d'hommes monter dans un camion «comme une petite armée», en tenues anti-émeute : «Ce ne sont pas des membres des forces de l'ordre que nous avons arrêtés. C'étaient les membres du groupe haineux Patriot Front. Ce n'étaient pas des antifas ou des membres du FBI déguisés. Je ne doute pas un seul instant que si ce camion s'était arrêté près du parc [où avait lieu la marche des fiertés], cela aurait fini en émeute.» En raison des menaces sur lui et ses collègues, Lee White a ajouté qu'il était «plus approprié» de ne pas dévoiler l'identité de la personne qui a prévenu les autorités, alors que la menace présentée par des groupes d'extrême droite, souvent surarmés et qui recrutent grâce à des théories complotistes, inquiète jusqu'au(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles