Policiers brûlés à Viry-Châtillon: Pécresse dénonce une "défaillance judiciaire"

Alicia Foricher
·1 min de lecture
La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pecresse, le 2 décembre 2020 à Paris  - Ludovic MARIN © 2019 AFP
La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pecresse, le 2 décembre 2020 à Paris - Ludovic MARIN © 2019 AFP

"Là où la justice a été défaillante, c'est qu'elle n'a pas pris la mesure du traumatisme et de l'atrocité de ce qu'il s'est passé à Viry-Châtillon" juge ce mardi Valérie Pécresse au micro de BFMTV.

La présidente de la région Ile-de-France dit comprendre "la colère des policiers" après le verdict en appel du procès des jeunes accusés d'avoir brûlé des policiers à Viry-Châtillon en 2016. Le week-end dernier, cinq jeunes ont été condamnés à des peines allant de 6 à 18 ans de réclusion et acquitté les huit autres accusés.

"À Viry-Chatillon, une bande de criminels a voulu tuer des policiers en les brulant vifs dans leur voiture" fustige Valérie Pécresse.

"Il fallait des peines exemplaires"

Pour la présidente de la région Ile-de-France, cet incident a "bouleversé" les proches des policiers mais également "tous les habitants de Viry-Châtillon".

"Il fallait dans ce procès, des peines exemplaires" martèle Valérie Pécresse. "On ne peut pas avoir un procureur de la République qui dit à ces criminels (...) qu'ils sont une chance pour la France".

Valérie Pécresse plaide pour "plus de policiers pour plus d'enquêtes". L'élue Libres! regrette que "les témoins" aient "été menacés".

Manifestations dans toute la France

"Je crois qu'il y a eu malheureusement une défaillance mais la justice est humaine" juge l'élue de droite.

Ce verdict a suscité l'indignation des syndicats policiers, dont Alliance qui a appelé à des rassemblements ce mardi devant le palais de justice de Paris, sur l'île de la Cité, et devant les tribunaux judiciaires de métropole et d'outremer.

Article original publié sur BFMTV.com