Policiers agressés à Lyon: Darmanin persiste après son tweet polémique et ne "regrette absolument rien"

Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, le 30 mai 2022 - Icon Sport
Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, le 30 mai 2022 - Icon Sport

Gérald Darmanin persiste et signe. Invité ce mardi matin sur RTL, le ministre de l'Intérieur est revenu sur son tweet polémique de ce dimanche, quelques jours après l'agression de plusieurs policiers dans le quartier de la Guillotière, à Lyon.

Dans ce tweet, publié avant même une communication du parquet, Gérald Darmanin affirmait que "suite à l'inacceptable attaque contre les policiers de Lyon, des opérations de police ont lieu. Un des délinquants est étranger, il a été interpellé. Sur mon instruction, il a été placé en rétention et sera expulsé". Or, cet homme a été mis "hors de cause" et libéré dimanche, a indiqué le même jour le parquet de Lyon.

L'homme va être expulsé

Une fois ce suspect mis hors de cause, le ministre de l'Intérieur a écrit, dans un second tweet: "En lien avec les événements ou non, connu pour de nombreuses mises en cause: vol, violences, menace de mort sur personne dépositaire de l'autorité publique, détention de drogues, violences en réunion... cet individu n'a rien à faire dans notre pays qui est généreux si on le respecte".

L'homme en question fait l'objet d'une obligation de quitter le territoire (OQTF) antérieure et doit en effet être expulsé, a précisé lundi une source proche du dossier.

"Je ne regrette absolument rien", a martelé Gérald Darmanin ce mardi, assurant que l'homme concerné est "un multi-récidiviste dans le cadre d'autres affaires et par ailleurs un étranger en situation irrégulière. ll n'a pas de papiers depuis un an et aurait du accepter l'idée de partie. Ce qui étonne; c'est qu'on va appliquer de manère systématique le fait qu'un délinquant étranger en situation irrégulière soit expulsé".

Quelques minutes après cette explication, Gérald Darmanin a d'ailleurs confirmé sur Twitter la volonté du gouvernement d'accélérer les "éloignements des étrangers en situation irrégulière".

"Augmentation de 25% des éloignements au premier semestre 2022 avec 9685 sorties du territoire, démontrant les résultats de la politique menée depuis plusieurs mois", a-t-il détaillé.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles