Policier tué à Bruxelles: ce que l'on sait sur l'assaillant interpellé

Policier tué à Bruxelles: ce que l'on sait sur l'assaillant interpellé

Né en Belgique, un homme est suspecté d'avoir attaqué au couteau deux policiers, l'un d'eux succombant ensuite à ses blessures. Il avait demandé à être pris en charge psychologiquement avant de passer à l'acte.

Un policier a succombé à ses blessures jeudi soir après avoir été attaqué au couteau à Bruxelles. Un autre policier a aussi été agressé, il est actuellement hospitalisé. Une enquête pour "assassinat et tentative d’assassinat dans un contexte terroriste" a été ouverte par le parquet fédéral et confiée aux services antiterroristes de la capitale belge.

Le suspect, touché par un tir de riposte d'un autre policier, a été interpellé et hospitalisé. Mais que sait-on de cet homme?

• Un trentenaire né en Belgique

L'homme suspecté d'avoir attaqué les deux membres des forces de l'ordre a été identifié comme étant Yassine M., né à Bruxelles en 1990, par les enquêteurs.

Peu de choses ont filtré sur lui pour l'instant, mais il est de nationalité belge et réside à Evere, commune du nord-est de l'agglomération de Bruxelles, selon le quotidien belge Le Soir.

• De premières menaces

Le suspect s'est fait remarquer juste avant l'attaque. Yassine M. a en effet proféré des menaces en direction de la police le jour même du drame. Le procureur de Bruxelles Tim De Wolf a indiqué que l'homme s'était présenté dans un commissariat d'Evere jeudi matin vers 10 heures "en tenant des propos incohérents".

"Il parlait de la haine contre la police et demandait à être pris en charge au niveau psychologique", a-t-il ajouté.

• Examiné dans une clinique psychiatrique

Après la demande de Yasmine M., le magistrat de garde avait décrété que l'homme devait être pris en charge par les urgences psychiatriques d'un hôpital bruxellois. Aucune privation de liberté n'a cependant été imposée car Yassine M. ne répondait pas aux critères légaux de l'internement d'office, selon le parquet fédéral. La raison? Le suspect avait demandé lui-même à être suivi psychologiquement.

Yasmine M. est ensuite remis en liberté dans la journée, avant qu'il ne passe à l'acte dans la soirée et attaque des policiers. Le procureur a indiqué que des recherches devaient être faites pour déterminer si le suspect possède ou non des antécédents psychiatriques.

• Connu de la justice

L'enquête en cours doit encore déterminer le mobile de l'assaillant, mais la piste terroriste est étudiée. Le suspect a crié "Allah Akbar" lors de l'agression des deux policiers, selon le parquet fédéral.

Pas inconnu des services de police et de justice, l'homme est un ancien détenu pour des faits de droit commun pour lesquels il a fait un séjour derrière les barreaux entre 2013 et 2019.

En 2015, il attaque un gardien de la prison d'Ittre dans laquelle il est incarcéré, selon RTL Belgique. Yasmine M. est signalé comme radicalisé et déplacé dans une aile spécialisée, son acte étant jugé comme motivé par des "croyances religieuses extrémistes".

• Fiché par les services antiterroristes

Par ailleurs, il était aussi fiché comme "extrémiste potentiellement violent" par l'organe belge d'analyse de la menace terroriste (Ocam), révèle ce vendredi le parquet fédéral. La liste recense les individus jugés dangereux par les services belges.

Le suspect doit être entendu par un juge d'instruction dès que son état de santé sera jugé compatible avec une audition.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Un policier tué dans une attaque au couteau à Bruxelles, la justice antiterroriste saisie