Policière tuée à Rambouillet: Dupond-Moretti accuse Le Pen de récupération politique

Jeanne Bulant
·1 min de lecture
Conférence de presse du ministre de la justice Eric Dupond-Moretti, à son ministère, le 1er mars, à Paris  - Bertrand GUAY © 2019 AFP
Conférence de presse du ministre de la justice Eric Dupond-Moretti, à son ministère, le 1er mars, à Paris - Bertrand GUAY © 2019 AFP

Le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti accuse Marine Le Pen de récupération politique, après l'attaque survenue vendredi dans un commissariat de Rambouillet dans les Yvelines, où une policière a été tuée à l'arme blanche. Dans un tweet ce vendredi, le garde des Sceaux lui reproche des "mensonges" et des "phrases tronquées", l'appelant à "la décence".

"Toujours des mensonges et des phrases tronquées. Quel cynisme, quelle indignité, quelle ignominie, que de tenter d’exploiter cette tragédie à votre profit deux heures seulement après ce crime", écrit le ministre de la Justice, avant d'ajouter en sa direction: "les circonstances appellent aussi à de la décence."

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Pour Marine Le Pen, le gouvernement fait preuve de "laxisme"

Un peu plus tôt sur BFMTV, la présidente du Rassemblement national avait accusé le gouvernement de "laxisme" sur les questions sécuritaires, et jugé le ministre de la Justice responsable de ce qu'elle considère être une augmentation de "la délinquance et de la criminalité" en France. "Le pays a besoin d'un tour de vis!", avait encore considéré la présidente du parti d'extrême droite.

La fonctionnaire de police, âgée de 49 ans, est morte vce endredi en début d'après-midi après avoir été attaquée de plusieurs coups de couteau par un ressortissant tunisien de 36 ans, inconnu des services de police et des renseignements.

Le parquet national antiterroriste (Pnat) a annoncé s'être saisi de l'enquête, alors que la France a été marquée ces dernières années par plusieurs attaques à l'arme blanche, notamment contre les forces de l'ordre. Après l'attaque, Gérald Darmanin a demandé aux préfets de renforcer la sécurité aux abords des commissariats et des brigades de gendarmerie.

Article original publié sur BFMTV.com