France-Une policière blessée dans une attaque au couteau, l'assaillant est décédé

·2 min de lecture

par Stéphane Mahé

LA CHAPELLE-SUR-ERDRE (Reuters) -Une policière municipale de La Chapelle-sur-Erdre (Loire-Atlantique), près de Nantes, a été grièvement blessée vendredi dans une attaque au couteau et le suspect, qui avait pris la fuite, est décédé après avoir été blessé dans une fusillade lors de son interpellation par les gendarmes.

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, doit arriver prochainement sur place.

Selon plusieurs médias français, l'assaillant présumé est entré à 10h dans le bureau de police de la commune avant de porter plusieurs coups de couteau au niveau de la jambe de la policière.

Il a ensuite dérobé l'arme de service de la fonctionnaire avant de prendre la fuite en voiture puis d'abandonner son véhicule accidenté à quelques kilomètres de La Chapelle-sur-Erdre, a indiqué la gendarmerie nationale.

De nombreux moyens humains ont été déployés pour le retrouver, avec 180 gendarmes départementaux, 60 gendarmes mobiles ainsi que des renforts de l'antenne du Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) de Nantes.

Deux hélicoptères et trois équipes cynophiles ont également été mobilisées pour la recherche.

Le suspect a finalement été rattrapé par les gendarmes contre lesquels il a ouvert le feu. Deux gendarmes ont été blessés lors de l'interpellation ainsi que l'assaillant présumé qui est décédé des suites de ses blessures, a indiqué la gendarmerie.

Ses motivations restent pour l'heure inconnues. Le parquet national antiterroriste (PNAT) a indiqué qu'il ne se saisissait pas de l'affaire en l'état.

D'après une source proche de l'enquête, l'homme est né en 1981 et était connu pour être sujet à des troubles psychiatriques.

Il avait été libéré de prison en mars dernier après avoir été condamné pour des faits de violence mais sans lien avec le terrorisme. Selon le personnel pénitentiaire, il s'était radicalisé en prison, a ajouté cette source.

Cette attaque intervient trois semaines après le meurtre du brigadier Eric Masson lors d'une opération anti-drogue dans le centre-ville d'Avignon (Vaucluse) et un mois après une autre attaque au couteau qui a coûté la vie à Stéphanie Monfermé, une fonctionnaire administrative d'un commissariat de Rambouillet (Yvelines).

Ces deux affaires avaient causé un vive émoi au sein des forces de l'ordre et provoqué la mobilisation des policiers, qui ont récemment manifesté devant l'Assemblée nationale pour réclamer davantage de moyens et plus de sévérité à l'encontre de leurs agresseurs.

(Myriam Rivet, Hayat Gazzane, Nicolas Delame, Tangi Salaun, Matthieu Protard et Blandine Hénault, édité par Jean-Michel Bélot)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles