« La police tue » : Jean-Luc Mélenchon persiste, Elisabeth Borne et la majorité lui répondent

© AFP

« C'est mon devoir de le faire. Croyez-vous que j'écris comme ça, par distraction ? » Au micro de France Inter, Jean-Luc Mélenchon a défendu mardi matin ses tweets à propos de la mort, par balle, d’une passagère et la blessure grave du conducteur, soupçonné d'avoir refusé un contrôle de police. « La police tue et le groupe factieux Alliance justifie les tirs et la mort pour "refus d'obtempérer". La honte c'est quand ? », avait tweeté, dimanche, le leader de la France insoumise. Le même jour, les trois policiers qui auraient tiré sur le véhicule avaient été placés en garde à vue dans les locaux de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN). « La peine de mort pour un refus d'obtempérer. Le préfet approuve ? Le ministre félicite ? La honte c'est quand ? », avait également dénoncé l’ancien candidat à la présidentielle, un peu plus tôt le même jour.

Une déclaration polémique

Les tweets de Jean-Luc Mélenchon n’ont pas manqué de faire réagir. Sur Twitter, la majorité a fait part de son désaccord avec les propos de celui qui devrait être son principal opposant à l’occasion des législatives. « Les policiers, les gendarmes méritent le respect. Ils font un travail courageux, difficile et risquent leur vie à chaque instant. Les insulter déshonore ceux qui veulent gouverner. Laissons les enquêtes se faire sans les utiliser comme des otages d'une campagne électorale », n'a pas manqué de répondre le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin à Jean-Luc Mélenchon, sans pour autant le...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles