La police du Touquet sans commissariat ? Le maire défie le gouvernement

Le 12 juin 2022, Emmanuel Macron s'est rendu à son bureau de vote du Touquet, accompagné du maire LR Daniel Fasquelle, pour voter aux élections législatives.  - Credit:LUDOVIC MARIN / POOL / AFP POOL / EPA
Le 12 juin 2022, Emmanuel Macron s'est rendu à son bureau de vote du Touquet, accompagné du maire LR Daniel Fasquelle, pour voter aux élections législatives. - Credit:LUDOVIC MARIN / POOL / AFP POOL / EPA

« Je suis excédé », lâche Daniel Fasquelle auprès du Parisien. Depuis plusieurs années, le maire du Touquet se bat pour que la police nationale change de local. Dans cette station balnéaire du Pas-de-Calais, où le couple Macron possède une résidence où il se rend régulièrement, les effectifs de police ont été renforcés. Mais les locaux, eux, sont restés les mêmes, à l'exception de l'ajout d'un préfabriqué. Alors, le maire LR a décidé de mettre un coup de pression à l'État : à partir du 1er mars 2023, le bail du commissariat ne sera pas renouvelé.

« Ça fait plus de six ans que j'ai proposé un nouveau local, l'actuel étant clairement trop petit et quasi insalubre. Je n'ai aucune réponse, c'est inacceptable, je ne comprends pas », s'agace Daniel Fasquelle. « J'ai proposé qu'ils louent les locaux de l'ancienne gendarmerie, trois fois plus grands et mieux placés, et j'ai pour cela l'appui des syndicats de police », argumente pourtant l'édile.

« J'irai jusqu'au bout, c'est sûr »

Daniel Fasquelle a même essayé de profiter de sa proximité exceptionnelle avec le pouvoir : « À chaque fois que le président vient voter, je lui en parle, assure-t-il. J'ai écrit plusieurs fois aux différents ministres de l'Intérieur. Toujours sans réponse. »

Sa décision est donc prise : cette année, il ne renouvellera pas le bail du commissariat. En l'absence d'une réponse de l'État, la police nationale pourrait donc se retrouver à la rue à partir de mars. « Je ne sais pas si je demanderai [...] Lire la suite