Police : le taser pour remplacer la clé d'étranglement ?

La police municipale de Nice équipée par Christian Estrosi en 2010 (Crédits STEPHANE DANNA/AFP via Getty Images)

Après avoir déclaré la fin des techniques d’étranglement utilisées pour les interpellations, Christophe Castaner doit annoncer leur remplacement par le pistolet à impulsion électrique, selon Le Parisien.

Parce que “personne ne doit risquer sa vie lors d'une interpellation”, Christophe Castaner avait annoncé la suppression des techniques d’étranglement dans l’arsenal de mouvements utilisables en cas d’interpellation. Mais le lendemain, le ministre de l’Intérieur a prévenu, sur le plateau de BFM : “d'autres moyens techniques d'interpeller” devront être disponibles pour les forces de l’ordre.

Questions sur la proportion et le calendrier

Le Parisien croit savoir quels sont ces “autres moyens techniques d’interpeller” : il s’agit du pistolet à impulsion électrique, plus connu sous le nom de taser (de la marque Taser, Thomas A. Swift's Electrical Rifle). Un choix qui ne manque évidemment pas de faire réagir, tant chez le grand public que dans les rangs de la police. D’un côté, on interroge la dangerosité de l’arme ; de l’autre, on note que les forces de l’ordre sont pour l’instant largement sous-équipées et non formées (il faut une formation spécifique pour pouvoir se servir d’un taser) alors que la technique de l’étranglement a déjà été abandonnée, et que taser et étranglement correspondent à des situations différentes de maîtrise des individus. Quoiqu’il en soit, l’annonce officielle devrait intervenir jeudi ou vendredi, lors d’une réunion avec les forces de l’ordre.