Comment police et syndicats comptent-ils les manifestants ?

Leur nombre peut varier du simple au double, voire être multiplié par six. Comment sont comptés les manifestants? BFMTV.com fait le point sur les différentes méthodes.

À chaque manifestation, c'est la même chanson. Selon que les chiffres émanent de la police ou des syndicats, le nombre de manifestants peut faire le grand écart. Dernier exemple lors de la mobilisation du 5 décembre: la CGT a avancé le chiffre de quelque 1,5 million de personnes dans les rues, contre la moitié - 806.000 précisément - pour le ministère de l'Intérieur. S'il peut varier du simple au double, le rapport est même déjà allé de un à six, notamment lors d'une manifestation parisienne contre le pacte de responsabilité en 2014 - 60.000 personnes selon les syndicats, 10.000 selon la préfecture.

Un comptage par ligne

Un écart qui s'explique notamment par les différentes méthodes de comptage. À la CGT, qui appelle à manifester ce mardi contre la réforme des retraites, la technique est toujours la même: un comptage humain sur un point de passage précis dans le parcours du début à la fin du cortège. Sur ce point de passage est compté le nombre de manifestants par ligne. Un total qui est ensuite multiplié par le nombre de passages de lignes. "Ce sont des militants sur le parcours qui effectuent le comptage, assure-t-on à BFMTV.com. Mais ce ne sont que des estimations." Même technique "manuelle" du côté de Force ouvrière, confirme une source syndicale.

Du côté du service d'information et de communication de la police nationale, les règles de comptage sont "les mêmes depuis toujours". "Pour faire un comptage équilibré, nous...

Lire la suite sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :