Police scientifique : "Nous sommes de plus en plus sollicités", "même sur les drames de la vie courante"

franceinfo
Police scientifique : "Nous sommes de plus en plus sollicités", "même sur les drames de la vie courante"

La police scientifique française change d'organisation pour s'adapter à l'augmentation exponentielle du recours aux méthodes scientifiques dans les enquêtes ces dernières années. Le Service central de la police technique et scientifique (SCPTS), créé début avril, remplace la sous-direction de la police technique et scientifique. Son responsable, Frédéric Dupuch, a pris ses fonctions vendredi 28 avril. Il a expliqué, vendredi sur franceinfo, que "la police scientifique accompagne les investigations les plus larges, même les petits drames de la vie courante".

franceinfo : À quoi sert cette évolution de la police scientifique ?

Frédéric Dupuch : La police criminelle a été créée pour accompagner les investigations criminelles. Ce sont celles dont on parle le plus dans les médias, comme les vols à main armée, les viols ou encore le terrorisme. Cependant, notre métier a changé avec les fichiers informatiques automatisés, par exemple. Le fichier empreintes digitales date de 1990 et le fichier des empreintes génétiques de l'an 2000. Les progrès scientifiques permettent, aujourd'hui, de trouver un profil génétique à partir d'une simple trace de contact sur un téléphone que vous tenez dans la main. Autrefois, il fallait du sang, du sperme ou de la salive. Nous sommes de plus en plus sollicités en matière d'ADN, de technologies numériques, notamment pour tracer des individus à partir d'images, et dans le domaine de la toxicologie en relation avec la sécurité routière.

Toutes les grandes affaires ont-elles eu recours à la police technique et scientifique ?

C'est certain. Jeudi 27 avril, un fonctionnaire de police a été blessé à La Réunion. Un policier de la police scientifique est parti sur place pour faire des relevés, puis des analyses. Le meurtre de Xavier Jugelé par un terroriste a amené à travailler sur la téléphonie, la balistique, les traces capillaires ou l'ADN. Les arrestations en région marseillaise de deux suspects (...) Lire la suite sur Francetv info

Coyote, Waze, TomTom... La police veut pouvoir se "rendre invisible" sur les applications automobiles
Présidentielle : que proposent les candidats en matière de sécurité ?
Paris : manifestation de milliers de policiers en colère
Un hommage poignant à Xavier Jugelé
Présidentielle : un scrutin sous haute sécurité

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages