Police: Mélenchon évoque des "syndicats factieux", Darmanin dénonce des propos "abjects"

·2 min de lecture
Gérald Darmanin, le 10 mai 2021 sur BFMTV-RMC - BFMTV
Gérald Darmanin, le 10 mai 2021 sur BFMTV-RMC - BFMTV

"La tension est extrême", a estimé dimanche au cours de l'émission BFM Politique Jean-Luc Mélenchon au sujet des relations entre les forces de l'ordre et le reste de la société. Le leader de La France insoumise réagissait aux propos d'Emmanuel Macron, qui a déclaré samedi que "la violence enfl(ait) dans notre société". Le député des Bouches-du-Rhône s'est déclaré d'accord avec ce diagnostic, quatre jours après le meurtre d'un policier à Avignon, tué par balle lors d'une opération.

"Nos sociétés ont toujours connu de la violence et un rapport conflictuel aux forces de l'ordre", a également rappelé le candidat à la présidentielle, appelant à "faire redescendre" ces tensions "en changeant les méthodes" de travail et de commandement, "et surtout en arrêtant de laisser à la disposition des syndicats factieux de commissaires de police, d'officiers et autres, la promotion et les carrières, parce que ceux-là sont un venin à l'intérieur de la police", a-t-il taclé.

Passe d'armes

Invité à réagir à ces propos, et plus particulièrement au qualificatif "factieux" accolé aux syndicats de police, Gérald Darmanin a dénoncé ce lundi des propos "abjects", au micro de BFMTV-RMC.

Les policiers "payent la sécurité de ceux qui n'en ont pas, des petites gens, moi je veux dire que je les soutiens, et les propos de M. Mélenchon ils sont abjects. Il est bien content M. Mélenchon d'avoir des policiers pour le protéger de temps en temps, donc mettons ça de côté, ne faisons pas de polémique politicienne au moment où le sang a coulé, où nous sommes tous endeuillés, et je veux dire aux policiers tout mon soutien", a fait valoir le ministre de l'Intérieur.

Gérald Darmanin a également mentionné l'appel du père d'Éric Masson, le brigadier tué à Avignon, qui avait exhorté à ce que "personne" ne récupère "ce drame", dans les colonnes du Journal du dimanche. "Il a évoqué justement pour M. Mélenchon et pour Mme Le Pen, la non-récupération politique du meurtre de son fils. C'est une famille de policiers, et ils ont une grande dignité", a estimé Gérald Darmanin.

"Je respecte ce que pensent les policiers et notamment les organisations syndicales qui sont des interlocuteurs sérieux", a appuyé Gérald Darmanin, évoquant ce lundi et mardi "autour du Premier ministre des réunions avec le garde des Sceaux et avec les organisations syndicales".

Quatre individus interpellés après le meurtre d'Éric Masson

Quatre individus ont été interpellés dans le cadre de l'enquête sur le meurtre du policier.

"Tout nous laisse penser qu'ils sont directement liés à cet assassinat ignoble. (...) Ils sont Français, nés en France et manifestement trafiquants de drogue. Ils sont jeunes, ils ont moins de trente ans", a indiqué Gérald Darmanin ce lundi matin sur notre antenne.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles