La police de Los Angeles annonce enquêter sur la mort de la star de "Friends" Matthew Perry

Matthew Perry à Beverly Hills, en Californie, le 1er août 2010 (Chris Delmas)
Matthew Perry à Beverly Hills, en Californie, le 1er août 2010 (Chris Delmas)

La police de Los Angeles a annoncé mardi enquêter sur les circonstances de la mort de l'acteur Matthew Perry, star de la série "Friends", décédé en octobre des "effets aigus" d'une prise de kétamine.

Agé de 54 ans, Matthew Perry a été retrouvé inconscient le 28 octobre par son assistant dans un jacuzzi à son domicile de Los Angeles.

Selon le rapport du bureau de médecine légale du comté de Los Angeles, celui qui incarnait "Chandler Bing" dans la sitcom "Friends" est décédé des "effets aigus" d'une prise de kétamine. Sa mort avait été décrite comme un "accident", mais fait l'objet d'investigations.

Dans un communiqué, la police de Los Angeles indique ainsi "continuer son enquête sur les circonstances de la mort de M. Perry", avec l'aide de la police fédérale antidrogues (DEA) et de la police des postes américaines (USPIS), "sur la base du rapport de médecine légale".

La kétamine, anesthésiant parfois détourné à des fins stimulantes ou euphorisantes, était prise par l'acteur de manière supervisée dans le cadre de sessions de thérapie pour dépression.

La question de savoir comment Matthew Perry -- qui n'avait pas eu de session supervisée d'injection plusieurs jours avant sa mort -- s'est procuré la kétamine est désormais au coeur de l'enquête.

Les médecins recourent souvent à la kétamine comme anesthésiant et des chercheurs ont étudié son utilisation comme traitement de la dépression.

Certains la consomment illégalement pour ses effets hallucinogènes.

La série "Friends" sur la vie de six jeunes New-Yorkais a connu un succès planétaire et fait de ses acteurs jusque-là relativement méconnus des superstars.

Jouant l'un des personnages préférés du public, Matthew Perry luttait depuis des années contre son addiction aux analgésiques et à l'alcool.

Dans ses mémoires publiés l'année dernière, il avait confié avoir suivi 65 séances de sevrage, dépensant plus de neuf millions de dollars.

Il avait aussi subi plusieurs opérations chirurgicales liées à ses problèmes d'addiction à la drogue, dont une intervention durant sept heures au niveau du colon en 2018, allant jusqu'à affirmer un jour: "Je devrais être mort".

Sa mort inattendue avait suscité une pluie d'hommages, allant de grandes figures de Hollywood au Premier ministre canadien Justin Trudeau.

hg/rle/aem/lgo