La police enquête sur le «tueur au chariot de supermarché», sinistre meurtrier américain

·2 min de lecture
Harrisonburg Police Department/Fairfax County Police Department

La police américaine a annoncé avoir trouvé une possible cinquième victime d’un meurtrier  surnommé le «tueur au chariot de supermarché», arrêté mi-décembre en Virginie.

De nouvelles victimes à la liste du «tueur au chariot de supermarché». Vendredi, les autorités de Virginie ont dévoilé les noms de deux femmes qui auraient été assassinées par le meurtrier, devenant ses troisième et quatrième victime. Il pourrait également être lié à un cinquième meurtre, rapporte NBC News . Les deux victimes ont été identifiées grâce à leur ADN. Il s’agit de Cheyenne Brown, âgée de 29 ans et habitant à Washington, et Stephanie Harrison, 48 ans, installée à Redding, en Californie. Leurs cadavres ont été découverts dans un conteneur près de l'hôtel Moon Inn à Alexandria, en Virginie, le 15 décembre.

Un chariot de courses de supermarché se trouvait à côté, valant son surnom au meurtrier. Anthony Eugene Robinson, âgé de 35 ans, est le principal suspect dans cette affaire. «Il est la dernière personne à avoir vu Cheyenne vivante», a déclaré le chef de la police de Fairfax, Kevin Davis. Il n’a pour l’instant pas été inculpé pour ces deux crimes, même si la police s’attend à ce que cela soit fait prochainement. Il est déjà poursuivi pour les meurtres de deux autres femmes, Allene Elizabeth «Beth» Redmon, 54 ans, et Tonita Laurice Smith, 39 ans.

Leurs corps ont été découverts dans une zone commerciale d’Harrisonburg, en Virginie, le 23 novembre. «Il a transporté les cadavres de ces femmes dans un chariot de supermarché», a commenté Kevin Davis. Les enquêteurs travaillant sur l'affaire d’Harrisonburg ont déclaré que les images de vidéosurveillance et les données du téléphone portable plaçaient le suspect avec Allene Redmon et Tonia Smith avant leur mort.

La cinquième victime retrouvée en septembre

Mi-décembre, le chef de la police avait expliqué que l’homme avait fait la connaissance de ses victimes sur des(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles