La police allemande résout une affaire de 2012 grâce... à une saucisse

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
La police de Schwelm a déclaré que le suspect était libre grâce à la prescription des faits.

L'ADN retrouvé sur la saucisse à moitié mangée correspond à celui d'un homme détenu en France pour un tout autre crime, raconte « The Guardian ».

Une « cold case » classée grâce à un bout de charcuterie. Jeudi 11 mars, la police de la ville de Schwelm, dans l'ouest de l'Allemagne, a résolu une affaire de cambriolage datant de mars 2012, en découvrant l'ADN du coupable sur un morceau de saucisse, raconte The Guardian.

L'auteur du cambriolage, un ressortissant albanais de 30 ans détenu en France pour un tout autre crime, avait croqué dans cette « wurst », comme on l'appelle en Allemagne, qui se trouvait sur la table de la victime...

Confondu par la base de données internationale

Pourquoi la police allemande a-t-elle mis neuf ans avant de découvrir l'identité du cambrioleur ? Dans un communiqué relayé par The Guardian, les forces de l'ordre du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie ont expliqué que l'étude ADN n'avait pas donné de résultat probant à l'époque, mais que des comparaisons automatiques avec des bases de données internationales avaient fait le lien plus tard. Le rapprochement a en effet été effectué après que la police française a prélevé un échantillon ADN de cet Albanais, impliqué dans un crime violent, et l'a entré dans la base de données. Le logiciel a ensuite fait le reste.

À LIRE AUSSI : États-Unis : quand la généalogie permet de résoudre des « cold cases »

Les enquêteurs allemands n'ont, en revanche, pas précisé quelle sorte de saucisse avait confondu le cambrioleur. Ils ont simplement évoqué une « variété dure », ce qui pourrait correspondre à un saucisson. Malgré cette preuve insolite, le s [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :