Police : 12 millions d’euros pour un logiciel finalement remplacé

·1 min de lecture
L'abandon programmé de ce projet onéreux a provoqué ces dernières semaines l'ire des plus hauts responsables de la police nationale.
L'abandon programmé de ce projet onéreux a provoqué ces dernières semaines l'ire des plus hauts responsables de la police nationale.

Il y a un peu plus de 4 ans, il devait révolutionner le quotidien des policiers dans les commissariats. Qualifié, à ce moment-là, de « moderne » et d'« intuitif », le progiciel baptisé Scribe s?avère finalement être un échec, rapporte France Inter, dimanche 31 octobre. Estimé à près de 12 millions d?euros, l?argent avait pourtant été mis sur la table. C?est pourquoi son abandon programmé a provoqué ces dernières semaines l?ire des plus hauts responsables de la police nationale.

« Ce n?est pas le plus gros fiasco côté financier de ces dernières années », a confié un responsable syndical policier à la radio. Toutefois, « c?est pour nous le projet le plus symbolique car il touche au principal outil des enquêteurs : le logiciel de rédaction des plaintes », note l?officier. Leur système actuel, appelé LRP est devenu « un vrai repoussoir », déplorent les enquêteurs interrogés à ce sujet.

Pourtant, « on y a tous cru » au projet, relatent-ils. « Il y a trois ans, un enquêteur nous avait fait une belle démonstration depuis son clavier et raconté tout le bien qu?il pensait du projet Scribe. (?) Les policiers allaient pouvoir avoir de vraies arborescences, de vrais liens sur les écrans avec d?autres fichiers et logiciels internes. (?) On ne pensait vraiment pas que tout allait planter ainsi sur Scribe », poursuivent les policiers.

Genèse du projet

Officiellement, le projet de ce logiciel, à destination de tous les services de police, est né le 9 novembre 2017 et son élab [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles