Polar – Tuominen, la nouvelle claque venue du Nord

·1 min de lecture
Le Finlandais Arttu Tuominen, pour la parution du « Serment » (La Martinière).
Le Finlandais Arttu Tuominen, pour la parution du « Serment » (La Martinière).

Qu?est-ce qui a mal tourné cette nuit-là ? Un temps de chien, une fête dans un cottage au fond des bois, où des hommes se soûlent sans plaisir, où l?un d?eux, Nieminen, va être retrouvé mort, lardé de coups de couteau. Le coupable est tout trouvé : Mielonen est couvert de sang et ne se souvient de rien. Le rideau se lève lentement sur l?intrigue sise à Pori, la ville de l?auteur. Paloviita, commissaire en intérim, enquête en parallèle de ses deux adjoints, Linda la fine et Oksman l?énigmatique. Mais peu à peu, le temps s?ouvre en deux. Pour remonter vers l?adolescence des enfants de Pori. Vers une Finlande à la brutalité insoupçonnable, vers des gosses qui poussent comme des mauvaises herbes, vers l?alcool qui embrume tout. On s?attendait à un polar façon Antti Tuomainen, chez Fleuve, vif, drôle, mais c?est Arto Paasilinna que Arttu Tuominen ressuscite dans ce texte grandiose, très remarqué chez lui et en Scandinavie, bouleversant par sa justesse et son enfer, qui allie la beauté de la nature à la longue dépression de l?identité nationale. Bonne nouvelle toutefois : ce Serment marque le début d?une série, on attend des nouvelles du commissariat de Pori, et de ce Finlandais à suivre.

Le Serment, d?Arttu Tuominen. Traduit du finnois par Anne Colin du Terrail (La Martinière, 448 pages, 21 euros).

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles