Polémiques en Martinique autour de "Tropiques criminels", la série de France 2

·2 min de lecture

En Martinique, la série de France 2 "Tropiques criminels" s’est vu refuser une subvention de 500.000 euros par la collectivité. Dans le même temps, un courrier de professionnels de l’audiovisuel dénonce l’image que cette fiction policière véhicule de la région et les conditions de travail de certains salariés.

En Martinique, la saison 3 de la série de France 2, Tropiques criminels avec Sonia Rolland, est en cours de tournage. Mais ces derniers jours, elle fait polémique car dans une lettre anonyme, des professionnels de l’audiovisuel estiment que non seulement le titre de la série montrerait les mauvaises facettes de l’île - avec des épisodes où il ne serait question que de violence et de drogue -, mais aussi que les techniciens et comédiens martiniquais qui y travaillent seraient sous-payés et amenés à exécuter des tâches en deçà de leur niveau de compétences.

Ce courrier a été publié la veille du vote d’une subvention de la collectivité territoriale de Martinique, qui a refusé cette fois-ci d’attribuer une somme de 500.000 euros à la série, pourtant accordée aux deux premières saisons.

Un réservoir d'emplois pour l'économie locale

Sur le plateau de tournage de Tropiques criminels, 50% des techniciens sont martiniquais. Frantz Lonete, électricien cinéma, est là depuis 3 ans. Et n'est pas malheureux. "Je suis obligé depuis plus de 15 ans de vivre dans les valises. J'ai travaillé sur une série qui s’appelle Section de Recherches, tournée à Nice, mais avec Tropiques criminels, je suis chez moi depuis deux ans", explique-t-il à Europe 1.

>>Retrouvez Europe matin week-end en podcast et en replay ici

Une production qui capte les subventions au détriment des artistes de l'île ?  

Cette série est la seule grosse production audiovisuelle en Martinique. Mais Jean-Philippe Nilor, élu d...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles