Polémique. En Tunisie, le pouvoir suspecté d’entrave à la liberté de circulation

·1 min de lecture

Depuis son coup de force constitutionnel le 25 juillet, le président tunisien Kaïs Saïed est devenu détenteur de l’ensemble des pouvoirs dans le pays. Alors que plusieurs cadres politiques ont été interdits de voyages, parfois sans explications, la presse craint des abus en cascade.

Le 25 juillet, le président tunisien Kaïs Saïed a décrété l’état d’exception et décidé de geler les activités du Parlement, devenant ainsi l’homme fort de la Tunisie, avec la promesse de s’attaquer à la corruption politique qui ronge le pays depuis dix ans. Parmi les mesures prises au lendemain de son coup de force, la décision d’interdire toute sortie du territoire pour les personnes soupçonnées dans diverses affaires. Mais pour le site d’informations libéral Business News, les interdictions de voyager ouvre la porte aux abus.

À lire aussi: Rencontre. La drôle de leçon de démocratie du président tunisien au “New York Times”

À l’aéroport Tunis-Carthage, “il suffit d’avoir la mention ‘directeur général’, ‘directeur’ ou même ‘chef de projet’ dans la case réservée à la fonction dans les papiers officiels pour être mis de côté, le temps que les vérifications nécessaires soient faites. Par la suite, cela dépend de la chance de chacun : ou bien les agents autorisent le passager à poursuivre son voyage ou ils lui spécifient qu’il a interdiction de voyager et qu’il doit rentrer chez lui”, écrit Business News, qui précise qu’aucune information supplémentaire n’est donnée à la personne concernée.

Sanctionner la corruption

Ces décisions concernent aussi bien des hauts fonctionnaires que des

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles