Polémique sur les ours polaires au Marineland d'Antibes : "Ces animaux n'ont rien à faire dans ces endroits"

franceinfo
Pierre Robert de Latour, président de l'USEA (Undersea Soft Encounter Alliance) Orques Sans Frontières, dénonce la captivité de ces animaux, qui relève selon lui de la "maltraitance".

La polémique enfle autour de Raspoutine et Flocke, un couple d’ours polaires qui vit au Marineland d'Antibes (Côte d’Azur). Plusieurs associations militent pour les sortir de ce parc marin, le plus grand d’Europe, situé bien loin de la banquise, habitat naturel de cette espèce menacée.

"Pour nous, la captivité de ces animaux est une maltraitance en soi", explique vendredi 19 juillet sur franceinfo, Pierre Robert de Latour, président de l'USEA (Undersea Soft Encounter Alliance) Orques Sans Frontières, l’une des associations qui milite contre la captivité de ces ours polaires à Marineland.

franceinfo : Ces ours polaires ne sont pas heureux au Marineland d’Antibes ?

Pierre Robert de Latour : Ils ne peuvent pas l’être. Pour nous, la captivité de ces animaux est une maltraitance en soi. Quand bien même ces animaux sont soignés, nourris et ne subissent pas de violence physique, que ce soit les ours blancs, les orques ou les dauphins, ils n’ont rien à faire dans des espaces aussi petits alors que ce sont des animaux qui sont faits pour parcourir des territoires de centaines de kilomètres carrés. Ils sont dans un enclos de 2 200 mètres carrés, c’est juste ridicule. Ils vivent dans des conditions qui sont très loin de leurs conditions naturelles, déjà au niveau de l’espace du territoire, ils ne peuvent pas assurer leur fonction de prédateurs. On leur donne de la (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi