Polémique de la baguette à Paris : "Il ne faut pas mélanger la politique, la religion et le métier"

·1 min de lecture

Makram Akrout, un boulanger du 12e arrondissement a remporté le prix de la meilleure baguette de Paris. Conformément à la tradition, le boulanger devait fournir l'Elysée en pain pendant un an. Mais des posts hostiles à la France publiés sur sa page Facebook ont refait surface, forçant l'Elysée à faire demi-tour. Le boulanger assure que son compte avait été piraté et a déposé plainte. Dominique Anract, le président de la Confération nationale de la boulangerie-pâtisserie française, a réagi mercredi au micro de Dimitri Pavlenko.

>> LIRE AUSSI - Le risque d'une pénurie de boulangers perdure : "On a plus de 9.000 postes à pourvoir"

"La boulangerie, c'est le partage"

"C'est fâcheux d'avoir des propos haineux parce que le boulanger qui est couronné à Paris monte et va être connu et il emmène toute la profession avec lui", a regretté Dominique Anract. "Il faut que ce soit probant, mais il ne faut pas tout mélanger : la politique, la religion et ce métier. La boulangerie, c'est le partage. Copain, ça vient du mot partager le pain. Le lien social qu'on défend ne va pas avec ça".

Le représentant de la profession a également appelé les jeunes à devenir boulanger. Une profession dévalorisée à tort et qui offre des carrières intéressantes, selon lui.


Retrouvez cet article sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles