Réactions contradictoires, appel au boycott, défense de Polanski par Nadine Trintignant... La polémique autour de "J'accuse" prend de l'ampleur

franceinfo Culture avec agences

Alors que Roman Polanski est visé par une nouvelle accusation de viol qui embarrasse le cinéma français, la sortie de son dernier film J'accuse fait l’objet d’un appel au boycott et de réactions contradictoires dans le monde politique et de la culture. Ces nouvelles réactions font suite à l’avant-première du film sur les Champs-Elysées mardi 12 novembre au soir, en présence de son réalisateur et de toute l’équipe du film.


#BoycottPolanski

La promotion du film, récompensé par le Grand prix du jury à Venise, a été perturbée, les acteurs Jean Dujardin et Emmanuelle Seigner ayant annulé des interviews, tandis que des émissions enregistrées avec Louis Garrel n'ont pas été diffusées ces derniers jours. Mardi soir le 12 novembre quelques dizaines de féministes ont bloqué une avant-première dans un cinéma parisien en scandant "Polanski violeur, cinémas coupables" et en brandissant des pancartes sur lesquelles était inscrit "Polanski persécute les femmes", appelant tous les cinémas à arrêter de projeter le film et les spectateurs à le boycotter.

Un hashtag #BoycottPolanski est apparu sur les réseaux sociaux, tandis que (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi