La polémique autour de la campagne publicitaire Saint Laurent en quatre actes

franceinfo avec AFP et Reuters
La polémique autour de la campagne publicitaire Saint Laurent en quatre actes

"Dégradantes" et "choquantes". La campagne de publicité de l'entreprise de mode Saint Laurent, accusée de sexisme, a finalement été retirée des panneaux publicitaires parisiens, dans la nuit de mercredi à jeudi 8 mars.

Franceinfo revient sur cette polémique en quatre actes.

1La campagne de publicité est diffusée

Deux affiches de la nouvelle campagne publicitaire Saint Laurent ont été diffusées à l'occasion de la semaine de la mode, du 28 février au 7 mars. Mais à deux jours de la Journée internationale des droits des femmes, les affiches ont provoqué un tollé. Si la campagne comportait au total 250 panneaux et quatre visuels, deux affiches en particulier ont créé la polémique. Sur l'une d'elles, une femme apparaît jambes écartées, en talons et collants résilles. Sur l'autre, une jeune femme très amaigrie, sur talons aiguilles et patins à roulettes, est penchée sur un tabouret dans une position explicite.

2Des plaintes sont déposées

Mardi, l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) a reçu "120 plaintes pour de multiples motifs", selon son directeur général, Stéphane Martin. "Images dégradantes", "femmes-objets", "valorisation de l'anorexie" et "même incitation au viol, avec la notion des jambes écartées", a-t-il énuméré.

Chargée d'appliquer les règles d'éthique de la profession, l'institution avait de son côté jugé "dégradantes" ces affiches, puis avait sommé mardi Saint Laurent de les retirer au plus vite.

3Plusieurs collectifs féministes demandent son retrait

De nombreuses voix se sont élevées contre cette campagne de publicité. Pour Eva Darlan, féministe engagée et à l'origine du comité de soutien à Jacqueline Sauvage, il s'agit d'une "incitation à l’anorexie, voire une (...) Lire la suite sur Francetv info

Un policier condamné en appel à 5 ans de prison avec sursis pour avoir tué un fugitif d’une balle dans le dos
Justice : des profilers pour résoudre les enquêtes sur les disparitions
Accusées d'être dégradantes pour les femmes, les affiches de la campagne Saint Laurent ont été retirées
Le rendez-vous du médiateur. Où sont les invitées femmes ?
C'est dans ma tête. Mélanie, trisomique et présentatrice météo

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages