Poker : Partouche recrute deux super flics

Par Alexis Laipsker

Martine Monteil, nouvelle recrue du groupe casinotier Partouche.

Dans les établissements de jeu, la sécurité est le maître-mot. Mais s'entourer d'anciens policiers est aussi un choix diplomatique.


Groupe Partouche, second plus gros casinotier de France, annonce avoir recruté deux hauts fonctionnaires de police pour renforcer la sécurité de ses établissements. D'une part, Martine Monteil, ancienne directrice centrale de la police judiciaire et ancienne préfète, sans aucun doute la policière la plus médiatisée de l'Hexagone. De l'autre, Éric Battesti, haut fonctionnaire de police ayant notamment travaillé aux Renseignements généraux en Corse et à Cannes.

Fabrice Paire, président du directoire du groupe Partouche, précise que leur mission couvrira « la sécurité des casinos, la sûreté des personnes et des biens, ou encore les relations avec la tutelle ou les correspondants locaux du ministère ».

Même si le casinotier s'en défend, ce dernier point semble prendre le pas sur les autres. En effet, le torchon brûle entre Partouche et l'autorité de tutelle. Cela a commencé par la mise en examen, en mars dernier, de deux responsables du groupe, pour abus de biens sociaux. Les esprits s'échauffent en octobre dernier lorsque le groupe cite directement en diffamation… le patron du Service central des courses et jeux ! Situation singulière et périlleuse où le casinotier attaque l'organisme auquel il est soumis. Le duel judiciaire se poursuivra d'ailleurs dans les médias.

Les clubs de jeu

On murmure que cet imbroglio aurait dissuadé le casinotier de s'installer dans la capitale où il avait pourtant des ambitions pour l'ouverture des clubs de jeu. On peut alors supposer que ces deux recrues de choix puissent faire couler de l'eau sous les ponts. Les puissantes relations politiques de Martine Monteil pourraient être utiles.

Du côté de la concurrence parisienne, on a également fait appel (...)

Lire la suite sur LePoint.fr

Poker : qui sont les plus gros gagnants de 2018 ?
Il reste 20 jours enfermé dans le noir pour un pari !
Recevez la newsletter Le Point.fr