Poitiers: la permanence du député LaREM Sacha Houlié incendiée

·3 min de lecture
Sacha Houlié devant sa permanence incendiée le 20 août 2021  - BFMTV
Sacha Houlié devant sa permanence incendiée le 20 août 2021 - BFMTV

La colère laisse place à l'indignation. Dans la nuit de jeudi à vendredi, la permanence du député LaREM de la Vienne, Sacha Houlié, a été incendiée et détruite dans un quartier populaire de Poitiers. Un acte "d'une gravité extrême", qui aurait pu mettre en danger les habitants des appartements situés au-dessus, a estimé l'élu auprès de l'Agence France-Presse. Avant de développer sa réaction, sur notre antenne:

"J’ai craint pour les logements et les personnes qui les occupent. C’est un sentiment de colère et d’indignation puisque c’est un outil précieux, une porte franchie par des milliers de personnes, on rend service à des gens", a-t-il dit à notre antenne en milieu de journée.

Pour le député, pas de doute, c'est un "incendie criminel volontaire" dont "les auteurs ne sont pas connus". "Une poubelle d’une grande contenance a été incendiée volontairement et un départ de feu s’est propagé à tout l’immeuble. La permanence est entièrement détruite", a-t-il ajouté à notre micro.

Neuvième dégradation

Le député a rappelé avoir déposé un amendement concernant la vaccination des mineurs, qui lui a valu "une quarantaine de menaces de morts" par email, courrier et sur les réseaux sociaux". Il a également travaillé avec la police, à un démantèlement d'un trafic local de stupéfiants, a-t-il ajouté.

Le député, dont c'est la 9e fois que la permanence est dégradée, a affirmé que son travail lui valait "régulièrement menaces et intimidations. Tout cela est inutile et c'est lâche. Je ferai mon travail jusqu'au bout, ça ne sert à rien, 'vous ne m'impressionnez pas'", a-t-il lancé à l'adresse des auteurs.

"Jusqu’à présent, pour ce qui me concerne, on a reçu des menaces de mort, c’est la neuvième dégradation y compris jusqu’à mon domicile qui a été tagué il y a quelques mois. Je ne suis pas un député qui se tait, j’ai des convictions, je m’engage, ça peut déplaire", assume-t-il à notre antenne.

Le parquet a indiqué à l'Agence France-Presse (AFP) qu'une enquête était en cours et "aucune piste écartée".

Réactions politiques

Des membres du gouvernement, et des responsables politiques de tous bords, ont assuré le député de leur soutien.

"A Sacha Houlié et à ses collaborateurs, je veux dire mon soutien mais aussi la détermination totale du gouvernement à faire toute la lumière sur cet acte dont j'appelle chacun à mesurer la gravité. Tout sera mis en oeuvre pour en identifier et interpeller les auteurs", a ainsi twitté le Premier ministre Jean Castex.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a exprimé "l'abjection que (m')inspire le fait de s'en prendre à une permanence d'un représentant du peuple. Les services de la @PoliceNationale sont pleinement mobilisés."

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand a adressé "au nom de la représentation nationale" son "soutien". "Les tentatives d'entraves à l'exercice du mandat parlementaire sont inadmissibles, les auteurs de cet acte antidémocratique seront poursuivis", a-t-il ajouté.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Pour Jean-Luc Mélenchon (LFI), "mettre le feu à une permanence parlementaire est un double crime d'incendiaire et d'antiparlementarisme. La démocratie c'est le droit à la contradiction pacifique. Solidarité", a-t-il twitté.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles