Poitiers inaugure une fresque de Tiphaine Véron, disparue il y a 3 ans au Japon

·2 min de lecture

La ville de Poitiers a inauguré jeudi une fresque géante représentant le regard d'une de ses habitantes, Tiphaine Véron, dont la disparition au Japon.

La ville de Poitiers a inauguré jeudi une fresque géante représentant le regard d'une de ses habitantes, Tiphaine Véron, dont la disparition au Japon il y a trois ans n'a pas été élucidée à ce jour. Samedi, le président français Emmanuel Macron en visite au Japon a évoqué l'affaire avec le Premier ministre japonais Yoshihide Suga et a, selon la présidence française, demandé "toute la coopération des autorités exécutives et judiciaires japonaises".

En dominante noir et blanc avec des parties colorées, la fresque contre l'oubli a été peinte bénévolement par le graffeur poitevin Rebeb sur un mur proche de la gare avec le soutien de la mairie. "Un mur sur un passage obligé vers de nombreux axes de Poitiers, qui donne à Tiphaine une visibilité énorme", a expliqué à l'AFP Sybille Véron, sa soeur. Un "mur permanent", en vue d'une fresque pérenne, "car il aurait été dommage que le portrait disparaisse, dans le cas d'un mur +d'expression libre+", a précisé Damien Véron, frère aîné de la disparue. "L'idée de reproduire son regard nous a de suite charmés, mais là on voit vraiment le regard de Tiphaine, c’est assez troublant", convient-il.

Tiphaine Véron, auxiliaire de vie scolaire de 36 ans, qui souffrait d'épilepsie, a disparu le 29 juillet 2018, deux jours après son arrivée au Japon en vacances. Elle s'est volatilisée sans laisser de trace à Nikko, paisible cité touristique au nord de Tokyo, entourée de collines et de bois aux sanctuaires réputés. A son hôtel, les enquêteurs ont retrouvé passeport, valise et un programme de visites minutieusement préparé, rendant peu probable un suicide ou une disparition volontaire.


Retrouvez cet article sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles