Il se présente au commissariat armé pour mourir sous les balles des policiers

·1 min de lecture
Un homme s'est présenté devant un commissariat pour se faire tuer

Ce jeudi 26 août, vers 22H, un homme s’est présenté avec une machette et une arme de poing devant le commissariat de Poitiers. Il voulait mourir sous les balles des policiers, qui ont réussi à l’arrêter sans une goutte de sang.

Opération menée avec talent au commissariat de Poitiers, en Nouvelle-Aquitaine. Un homme s’est présenté jeudi 26 août vers 22h avec une machette dans une main et une arme de poing, rapporte La Nouvelle République. Décidé à mourir sous les balles des fonctionnaires de permanence, il a finalement été arrêté en douceur grâce à leur savoir-faire et à leur sang-froid.

Digne d’un film américain, la scène se déroule devant le commissariat de Poitiers alors que les équipes de nuit ont déjà pris le relais auprès de leurs collègues. Soudain, un homme se présente, vociférant des insultes et proférant des menaces à l’adresse des policiers. Dans une main, il tient une machette. Dans l’autre, une arme de poing.

Une arrestation “en douceur”

Probablement conscient de l’état psychologique de l’homme, les policiers décident toutefois de ne pas ouvrir le feu. Autour de lui, l’équipe de nuit du commissariat, la BAC et la brigade cynophile se tiennent cependant toutes prêtes à intervenir au moindre geste suspect. L’homme hurle qu’il veut mourir sous leurs balles. Il ne reçoit finalement qu’un coup de pistolet à impulsions électriques, soutenu par l’intervention d’un chien policier, avant d’être arrêté sans drame.

L’homme a été placé en garde à vue avant d’être redirigé vers une unité médicale pour subir un examen psychiatrique. Le parquet de Poitiers a confirmé qu’il a finalement été reconnu pénalement irresponsable.

Ce contenu peut également vous intéresser

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles