L’usine de Poissy en pôle position pour fabriquer le véhicule électrique de PSA

Mehdi Gherdane
Poissy. La Peugeot 208 et la DS3 sont produites actuellement à l’usine de Poissy

Pour rafler le marché, le directeur du site peut compter sur les collectivités, prêtes à financer une partie des investissements nécessaires. La décision devrait être prise dans les prochaines semaines.


La vallée de la Seine capitale de la voiture électrique ? Après le site Renault de Flins-sur-Seine qui produit la Zoé depuis 2012, l’usine Peugeot de Poissy pourrait elle aussi accueillir la production d’un véhicule électrique dans les prochains mois.

L’usine s’est en tout cas portée candidate auprès de sa direction pour remporter, en interne, ce marché très convoité qui garantit son implantation locale sur le long terme.

On ne sait rien de cette nouvelle voiture connue sous le code P2QO ou POY selon les sources. S’agira-t-il d’un prototype 100 % électrique ou d’une déclinaison d’un modèle déjà existant ? Un secret absolu entoure le projet.

Selon des sites spécialisés, ce pourrait être l’Opel Mokka X (PSA a récemment racheté Opel). « Nous attendons la décision du siège », indique sobrement un porte-parole de l’usine de Poissy qui fabrique déjà la 208, la DS3 et bientôt le DS3 crossback.

L’usine a besoin de près de 100 millions d’euros d’investissement

Si cette attribution semble en bonne voie, c’est encore à Carlos Tavares, le grand patron de PSA, de trancher. Ce qu’il devrait faire dans les prochaines semaines. Et pour le convaincre, rien n’est trop beau. Pas même les promesses d’engagement financier des collectivités locales.

Pour pouvoir accueillir ce véhicule, l’usine a besoin d’un investissement de presque 100 M€. En novembre dernier, le directeur du site de Poissy, Frédéric Przybylski, se tourne naturellement vers le maire Karl Olive (LR) qui promet de l’aider. « Je sais ce que la ville doit à Peugeot et nous devons les épauler », indique ce dernier.

Un rendez-vous est ainsi organisé avec Valérie Pécresse, la présidente (LR) de la région Ile-de-France. Mais l’entretien, mené avec deux collaborateurs de la présidente, se déroule mal. Karl Olive décroche alors son (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Yvelines : les pompiers tirent la sonnette d’alarme pour défendre leurs effectifs
Saint-Cyr-l’Ecole : encore du vandalisme dans une église
Plaisir : sept chiens maltraités sauvés dans des camps de gens du voyage
Trappes : le collège Gagarine en grève contre les classes surchargées
Saint-Germain-en-Laye : un «Facebook live» pour échanger sur la commune nouvelle