Ce poisson peut régénérer son tissu cardiaque après une blessure

Lors d'un infarctus du myocarde, le manque d'apport en oxygène causé par l'obstruction d'une artère coronaire conduit à un endommagement des cellules cardiaques, voire à une nécrose. Dans ce cas, un tissu cicatriciel se forme, la blessure reste indéfiniment. Le cœur ne pourra plus pomper aussi bien qu'avant. Revenir à son état optimal nécessiterait une véritable régénération du tissu cardiaque, impossible pour l'humain, et tous les mammifères en général.

Or, des chercheurs rapportent dans une étude publiée dans la revue Nature Genetics que le poisson-zèbre, connu pour être capable de régénérer ses membres perdus, ou même ses rétines, peut aussi régénérer ses cellules cardiaques ! L'équipe a donc voulu analyser les mécanismes en jeu dans ce processus de régénération cardiaque. À cette fin, ils ont simulé des lésions d'infarctus du myocarde dans le cœur de poissons-zèbres, et ont ensuite observé la régénération des cardiomyocytes (cellules cardiaques).

À gauche, un poisson zèbre adulte au microscope à fond clair. À droite, un cœur de poisson zèbre 7 jours après avoir été blessé. Les fibroblastes activés de manière transitoire se localisent dans la zone de la blessure. © Panáková Lab, MDC
À gauche, un poisson zèbre adulte au microscope à fond clair. À droite, un cœur de poisson zèbre 7 jours après avoir été blessé. Les fibroblastes activés de manière transitoire se localisent dans la zone de la blessure. © Panáková Lab, MDC

Trois nouveaux types de fibroblastes activés

Le processus de réparation commence comme chez les mammifères : une réponse inflammatoire suivie d'une cicatrisation des cellules du tissu conjonctif appelées fibroblastes. Mais, là où chez l'humain, la réponse s'arrête, chez les poissons-zèbres, ce n'est que le début. « Ils forment de nouveaux cardiomyocytes, capables de se contracter, explique Jan Philipp Junker, coauteur de l'étude et chercheur en biologie. Nous voulions identifier les signaux provenant d'autres cellules et aider à conduire la régénération ».

Chez le poisson-zèbre, trois nouveaux types de fibroblastes s'activent temporairement, capables de lire et d'exprimer plus de gènes que les autres cellules, donc de produire d'autres protéines. Lorsque l'équipe a désactivé ces...

> Lire la suite sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles