Des points chauds trop froids et un modèle géodynamique du manteau terrestre à revoir

·2 min de lecture

Les points chauds sont connus pour leur intense volcanisme ayant donné naissance à plusieurs îles comme Hawaï, l’archipel des Galapagos, celui des Canaries ou encore l’Islande. Ils sont associés à de grands panaches de matériel mantellique chaud remontant vers la surface. Au contraire du volcanisme de subduction, qui est situé en bordure de plaque lithosphérique, les volcans de points chauds sont souvent situés au plein milieu des plaques tectoniques. Les grands panaches, relativement fixes à l’échelle des temps géologiques, vont ainsi créer des chapelets d’îles volcaniques sur la plaque sus-jacente, qui elle, est mise en mouvement par le processus de la tectonique des plaques.

Fonctionnement d’un point chaud et naissance des îles volcaniques. © Los688, Wikimedia Commons, domaine public
Fonctionnement d’un point chaud et naissance des îles volcaniques. © Los688, Wikimedia Commons, domaine public

Des magmas chauds nécessaire à une origine profonde

L’origine des panaches mantelliques des points chauds est généralement considérée comme très profonde dans le manteau terrestre, potentiellement à l’interface entre le manteau et le noyau externe. Une origine si profonde nécessite une température élevée du matériel pour permettre sa remontée. Ainsi, de précédentes recherches suggéraient que la température des magmas de points chauds était en effet 100 à 300 °C plus élevée que les magmas remontant au niveau des dorsales océaniques. Ces derniers ont en effet une origine peu profonde. Ils sont liés à la remontée de l’asthénosphère au niveau de la limite de plaque que représente la dorsale. La décompression des roches du manteau sous la dorsale engendre alors le processus de fusion partielle et la génération de magma. C’est ce processus qui donne naissance à la nouvelle croûte océanique, de manière continue.

La chaleur plus élevée des points chauds proviendrait de leur origine profonde, à l’interface avec le noyau externe, grand producteur de chaleur par désintégration radioactive. Cependant, une nouvelle étude, parue dans la revue Science, vient contredire cette image généralement...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles