POINT DE VUE. Les "gilets jaunes", entre feuilleton télévisuel idéal et démocratie directe en peau de lapin

Telos
Et si les "gilets jaunes" étaient désormais en train d'emprunter "le chemin du populisme digitalisé", déjà tracé par des figures comme Donald Trump ou Beppe Grillo ? "Des figures sur lesquelles, au départ, aucun bookmaker n'aurait misé un kopek", pointe la sociologue Monique Dagnaud.

La sociologue Monique Dagnaud, auteure de cet article, est directrice de recherches à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS). La version originale de cet article a été publiée sur le site Telos, dont franceinfo est partenaire.

Haro sur Facebook ? Cette désignation du rôle des réseaux sociaux dans le mouvement des "gilets jaunes" relève d'une courte vue. Beaucoup d'événements et de thèmes débattus au sein de Facebook n'impriment pas l'agenda des télévisions, tant il est vrai que pour qu'un sujet embrase l'espace public, il lui faut le relais des chaînes d'information. Ce sont elles qui, par leur puissance, "anoblissent" une cause, la popularisent, la martèlent et l'installent au cœur de l'espace public. Notons que les "gilets jaunes" ont déroulé la trame idéale pour un feuilleton télévisuel au pays des Lumières, celle d'un conflit entre des militants qui se gargarisent d'incarner le peuple, d'une part, et le gouvernement, de l'autre. Et ils ont utilisé un ingrédient-clé des feuilletons : le rendez-vous hebdomadaire avec les manifestations du samedi.

Dès lors, à partir du samedi noir du 1er décembre, le suspense n'a cessé de rebondir : la semaine prochaine, quelle séquence vont offrir les "gilets jaunes" ? Eric Drouet, leader historique qui jouit d'une certaine autorité (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi