Le point sur l'invasion russe de l'Ukraine

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions: le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

- 50 personnes évacuées de l'usine Azovstal de Marioupol -

Cinquante civils ont été évacués grâce à un nouveau convoi humanitaire vendredi de l'immense usine Azovstal, dernière poche de résistance des forces ukrainiennes à Marioupol, une cité portuaire assiégée par les troupes russes, a annoncé la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk.

"Nous avons réussi aujourd'hui à faire sortir 50 femmes, enfants et personnes âgées d'Azovstal. Demain matin, nous poursuivrons l'opération d'évacuation", a annoncé Mme Verechtchouk sur Telegram.

Le ministère russe de la Défense a précisé de son côté que onze enfants, sur ces cinquante civils, avaient été évacués.

- Nouvelle aide militaire américaine -

Joe Biden a annoncé vendredi une nouvelle aide militaire à l'Ukraine pour combattre l'invasion russe, composée notamment de munitions d'artillerie et de radars, mais le président américain a prévenu que les fonds alloués aux armes pour Kiev étaient désormais "pratiquement épuisés".

Le secrétaire d'Etat Antony Blinken a précisé dans un communiqué distinct que le montant de cette aide représentait 150 millions de dollars, bien en-deçà des précédents envois d'armes américaines.

Elle comprend notamment 25.000 obus de 155 mm, des radars de contrebatterie pour repérer les tirs d'artillerie russes et des appareils de brouillage des communications, a par ailleurs ajouté un responsable.

- La Russie "pour toujours" dans le sud de l'Ukraine -

La Russie restera "pour toujours" dans le sud de l'Ukraine, a affirmé vendredi un haut responsable parlementaire russe, Andreï Tourtchak, au cours d'une visite à Kherson, une importante ville ukrainienne dont Moscou revendique le contrôle total depuis mars.

Severodonetsk, l'une des localités d'importance du Donbass encore contrôlées par les Ukrainiens, est de son côté "quasiment encerclée" par les forces russes et les séparatistes, a déclaré vendredi son maire.

- Marioupol "complètement détruite", selon Zelensky -

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a estimé vendredi que la ville de Marioupol était "complètement détruite" et qu'il ne restait rien à prendre pour la Russie à part son aciérie Azovstal.

M. Zelensky était interrogé, au cours d'une intervention par visioconférence organisée par le cercle de réflexion Chatham House à Londres, sur ce que signifierait la chute de ce port stratégique à la pointe sud du Donbass, où seule persiste une poche de résistance dans ce complexe sidérurgique.

- Le Conseil de sécurité soutient Guterres -

Le Conseil de sécurité de l'ONU a approuvé vendredi à l'unanimité une déclaration apportant un "ferme soutien" au secrétaire général des Nations unies "dans la recherche d'une solution pacifique" à la guerre livrée par la Russie à l'Ukraine, a-t-on appris de sources diplomatiques.

Rédigée par la Norvège et le Mexique et obtenue par l'AFP, la déclaration ne va pas jusqu'à soutenir une médiation d'Antonio Guterres comme le prévoyait une première version du texte négocié depuis jeudi. La déclaration adoptée représente la première manifestation d'unité du Conseil de sécurité depuis le début de l'invasion le 24 février.

- Echange de prisonniers: 41 personnes libérées -

Quarante-et-une personnes, dont onze femmes, ont été libérées dans le cadre d'un nouvel échange de prisonniers avec la Russie, a annoncé vendredi la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk.

Elle n'a pas révélé le nombre des Russes remis à leur pays.

- Visioconférence du G7 avec Zelensky -

Les dirigeants des grandes puissances du G7 vont avoir dimanche une réunion virtuelle consacrée à la guerre en Ukraine à laquelle doit aussi participer M. Zelensky, a annoncé vendredi une porte-parole du chancelier allemand dont le pays assure la présidence du G7 cette année.

- Un mystérieux mega-yacht bloqué en Italie -

Un mystérieux méga-yacht d'une valeur estimée à environ 700 millions de dollars (636 millions d'euros) dont le nom du propriétaire n'a pas été rendu public et qui semblait sur le départ, a été immobilisé vendredi par les autorités italiennes.

L'enquête des autorités italiennes "a permis d'établir des liens significatifs, économiques et d'affaires, entre la personne qui possède officiellement le navire Shéhérazade et d'éminentes personnalités du gouvernement russe" ainsi que des personnalités russes sanctionnées par l'Occident à la suite de l'invasion de l'Ukraine, indique un communiqué du ministère italien de l'Economie et des Finances.

Celui-ci a donc décidé d'immobiliser le navire.

- Tirs pendant l'évacuation d'Azovstal, selon Kiev -

Le régiment Azov, qui défend l'immense aciérie Azovstal où sont retranchés les derniers combattants ukrainiens de la ville assiégée de Marioupol (sud-est), a accusé vendredi les forces russes d'avoir visé une de ses voitures participant à l'opération d'évacuation de civils, tuant un soldat et faisant six blessés.

L'armée russe avait annoncé mercredi soir qu'elle respecterait un cessez-le-feu unilatéral pendant trois jours, de jeudi à samedi, pour permettre l'évacuation des civils mais les informations quant à la situation sur place restent contradictoires.

"Près de 500 civils" au total ont pu être évacués ces derniers jours, selon Kiev, et ces opérations se sont poursuivies vendredi.

- La Hongrie freine le projet européen d'embargo -

La Hongrie bloque le projet d'embargo européen sur le pétrole russe et de difficiles négociations se poursuivront entre les 27 pays membres de l'UE pour trouver un accord pendant le weekend, ont dit à l'AFP vendredi plusieurs sources diplomatiques.

"Si aucun accord n'est trouvé ce weekend, je devrai convoquer une réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de l'UE la semaine prochaine, après la journée de l'Europe", a déclaré le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

- L'Afrique face à une crise "sans précédent" -

L'Afrique fait face à une crise "sans précédent" provoquée par l'invasion russe en Ukraine notamment avec la flambée des prix des denrées alimentaires et du carburant, ont averti vendredi deux responsables du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud).

burx-ob/elm

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles